Raise the dead - ft Coraline et Jude
FORUM EN CONSTRUCTION/FORUM PRIVE BTVS. LANCEMENT DE LA BÊTA. RAMENEZ VOS JOLIES FESSES.

Partagez | 
 

 Raise the dead - ft Coraline et Jude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Lun 18 Juin - 23:30

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen

Juin 2000, dans le sixième arrondissement

Cigarette au bec, briquet en main, le géant blond s'adosse contre la bagnole de son associé. Y'a pas de doutes, le jumeau Austen va râler. "Pas touche ma voiture, et blablabla". Ignorant avec superbe cette éventualité, Elkan étudie le petit bâtiment devant lequel ils se sont garés. L'immeuble ainsi que le quartier dans son intégralité empeste le fric et la bonne bourgeoisie. Un soupir franchit les lèvres du sorcier alors qu'il approche son feu, allumant ainsi sa sucette cancéreuse. Il vivait dans un quartier semblable, avant. Avant que la maudite jumelle Austen explose littéralement son appartement. Après tout, pourquoi ne pas exploser celui de ses clients. Problème réglé, lui et Jude rentrent à l'agence, se la coule douce avec un bon whisky en main et fin de l'histoire. Amusé à cette perspective, il tourne ses claires prunelles en direction de son associé... pour contenir de justesse un sursaut de frayeur.

— Putain, qu'il laisse néanmoins échapper, s'étouffant avec la fumée de sa clope.

Là où il pensait voir Jude, il se retrouve avec la grosse face de Bernard juste sous ses yeux. Bernard, le vieux octogénaire qui le suit depuis un moment déjà. Un esprit atteint de trou de mémoire et d'une pudeur inexistante.

— Vous me voyez? s'étonne le défunt.

Par réflexe, le géant blond laisse couler son regard de haut en bas... et regrette aussitôt. Voir l'appareil génital d'un vieillard, à même pas huit heures du matin, c'est aussi traumatisant que de voir Basile en costume licorne. Il élude la question, lassé d'y répondre continuellement et balance finalement sa clope qu'il écrase sous la semelle de sa chaussure hors de prix.

— Jude, on y va? Je t'attend.

Foutage de gueule, bonjour. Dissimulant un sourire naissant à la commissure de ses lèvres, il décide de passer devant. L'accès à l'immeuble nécessite un code mais les clients n'ont pas hésité un instant à le fournir à nos deux détectives. Paniqués qu'ils étaient, ils étaient même prêt à donner le code et numéro de leur carte bleue. Une fois dans l'ascenseur, Elkan doit faire abstraction de Bernard qui cherche désespéramment à capter l'attention, allant jusqu'à faire l'hélicoptère avec son engin devant Jude. Le nécromancien hésite entre "heurk" et "ah ah ah". L'un dans l'autre, il sort avec empressement de la petite cabine pour se rendre devant l'appartement hanté. Difficile de se tromper sur le numéro, puisque les deux locataires attendaient à l'extérieur. La femme avait les yeux rougis et le regard d'un panda, avec tous ce mascara qui avait coulé. Quant à l'homme, ses cernes lui donnait aussi l'allure d'un panda. Un couple assorti, au final.

— Vous êtes Monsieur Llyod et Devos? s'empresse de demander le mari.

— C'est bien ça. Et vous devez être Monsieur Petit?

L'ironie, songe Elkan, est qu'il est réellement petit. Et en face des deux géants, il paraît minuscule.

— Oui.

Avant de pénétrer les lieux, Elkan sort son dictaphone de sa veste en cuir. Jude peut bien se foutre de sa gueule avec ça, le sorcier n'en démord pas, c'est un outil indispensable. Le géant blond, consciencieusement, enregistre les propos du couple. A peine installés dans les lieux que des phénomènes étranges se sont produits. Les mots "hanté" et "fantôme" revenant sans arrêt. Une fois le plein d'informations effectués, les propriétaires des lieux leur ouvre la porte... sans toutefois entrer, terrifié. Soit. Devos adresse un regard à son associé, et pénètre dans les lieux, avec Bernard à leur trousse.

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 19 Juin - 0:07

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Elle n’avait pas prévu que les choses se passent ainsi. Durant des mois, elle avait été complètement seule. Elle avait espéré que Sam revienne. Qu’il décide de s’installer là. Elle s’était imaginé une nouvelle vie avec lui, où elle aurait vécu à ses côtés, sans qu’il le sache. Elle aurait été son ange gardien. Elle aurait fait en sorte de rendre sa vie plus douce. Ce n’était peut-être pas grand chose, mais c’était mieux que ce vide qu’elle avait à présent. Ses espoirs étaient tombés en ruine le jour où elle avait vu le couple Petit passer la porte. Elle les connaissait, ou plutôt non, elle connaissait les gens de leur espèce. Ils ressemblaient à ces couples que fréquentait Sam et qu’elle rencontrait lors des dîners auxquels il l’emmenait parfois. Elle les avait tout de suite détestés. Et elle avait décidé de les faire partir.

Elle ne voulait pas que ce soit trop évident. Elle avait commencé par déplacer des objets. Puis, elle avait cassé des choses. Elle sentait qu’elle avait fini par les rendre nerveux, et en éprouvait un malin plaisir. C’était mesquin, ce n’était pas bien et elle le savait. Mais elle avait un but, et c’était toujours mieux que rien.

Les choses auraient pu bien se dérouler si les événements du week end n’avait pas eu lieu. S’ils n’avaient pas trouvé la boîte qu’elle avait cru avoir bien cachée. Avant que la famille, puis les déménageurs ne viennent vider l’appartement, elle avait volé quelques objets auxquels elle tenait particulièrement, dont une chemise de Sam, qui depuis avait perdu son odeur. C’était tout ce qu’elle possédait désormais. Tout ce qui la rattachait à son ancienne vie, les souvenirs qu’elle était terrorisée à l’idée de perdre. C’était la femme qui avait tout trouvé. Coraline ne s’en était rendue compte que trop tard. Tout avait disparu. Elle n’y avait pas cru au départ. Elle avait paniqué. Avant de comprendre ce qu’il s’était passé.

« J’ai trouvé un tas de vieilleries, je les ai fait descendre aux ordures. »

Elle en avait eu le coeur briser. C’était comme si elle perdait tout une seconde fois. Alors, elle avait perdu pied. Elle s’était mise à jeter toute la vaisselle sur la table du dîner. Puis ce qui lui tombait sous la main. Leurs bibelots ridicules. Tout s’était mis à trembler. Les deux époux n’avaient pas perdu de temps: ils avaient fui à toutes jambes en hurlant.

Elle avait espéré les avoir chassés pour de bon, mais elle aurait dû savoir qu’elle avait peut-être été un peu trop optimiste. Ils étaient revenus, quelques heures plus tard, avec prudence. Ils étaient venus cherché quelques affaires. Elle les avait laissés en paix cette fois. Mais elle avait compris qu’ils comptaient faire venir des spécialistes du surnaturel pour visiter l’appartement. Et elle avait pris peur.

Elle n’avait jamais entendu parlé de spécialistes du surnaturel, à part dans les films, et en général ceux-ci ne se terminaient pas très bien pour les fantômes. Il y avait aussi ces illuminés qu’on voyait parfois à la télé. Il était plus que probable que ces deux là en fassent partie. Elle avait donc deux solutions: tenter de leur faire peur, ou se cacher jusqu’à ce qu’ils partent, pensant qu’il n’y avait rien du tout et que le couple était paranoïaque. Elle avait choisi d’opter pour cette seconde solution.

Elle sentit leur intrusion dès l’instant où ils franchirent la porte. Malgré la peur, elle n’avait pu résister à l’envie de voir ce à quoi ils ressemblaient. Elle s’était dissimulée derrière la porte de l’une des chambre. Celle-ci, légèrement entrouverte, lui permet d’avoir un petit aperçu de ce qu’il se passait. Elle voyait deux hommes, dont un à moitié seulement. Elle préféra se reculer. Il y avait de grandes chances pour qu’ils ne puissent pas la voir, mais peut-être pouvaient-ils sentir sa présence, ou quelque chose comme ça. Elle avisa sur la table de chevet de Madame Petit la bombe d’insecticide dont elle se servait à outrance. A défaut d’autre chose, ça pourrait faire une arme correcte.

 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 19 Juin - 19:47

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

Saloperie de briquet. Tu souffles, appuie sur la molette à plusieurs reprises et crache entre tes dents comme un forcené. Foutu drogué. Un « Chier’ ! » de frustration est gerbé de tes lippes et tu souffles par les narines, ta clope désespérément éteinte au bec. Elkan sort de l’autre côté de ton bolide adoré tandis que tu rages sur ton manque de nicotine. Tu sens soudainement le miasme agréable et familier qui te manque tant à quelques mètres et décide finalement de te pointer aux côtés de l’autre géant. Un sursaut t’échappe néanmoins alors qu’un meuglement étouffé de dégoût explose d’entre tes lippes. La vision du cul fripé là où tu t’attendais à voir Elkan te saute à la gueule et tu rêves une nouvelle fois de te crever les globules.

Saloperie de vieux tout nu !

« - Et vous, vous me voyez n’est-ce pas ?! fait l’ectoplasme avec un volte-face malheureux.

Non. Non, non, non. Pas moyen.

Y a les bijoux fripés et le petit tuyau qui se balancent de gauche à droite dans l’élan porté par l’enthousiasme volage du défunt. Tu nies en bloque cette vision de cauchemar autant que les paroles blasphématoires de ton associé. Et tes babines ravalent de justesse un « niah niah niah niah » d’une immaturité sans précédent. La stratégie utilisée face au vioc à poils est ta préférée, alors tu mimes la réaction du blond avec un plaisir sournois. Non mais quel cauchemar. Ton pauvre sourire se transforme rapidement en rictus désappointé alors que l’autre s’empresse de vous suivre en paillant pour se faire remarquer. Et à chaque fois, le fait d’être à poil l’alarme à peine. Tu te promets de reprocher cette apparition à Devos une fois le vieux partit. Encore. C’est une vieille rengaine entre vous deux. Tu blâmes aussi Roxane, au passage. Après tout, si elle n’avait pas cramé l’appartement du Viking, vous en seriez certainement pas là lui et toi.

Lors que vous vous plantez finalement sur le palier des deux vieux croutons pleins aux as, la vision horrifique du fantôme jouant de l’hélicobite dans l’ascenseur te hante à tel point que t’en oublies de jouer de prudence. Le froid glacial qui t’envahit à l’ouverture de la porte de l’appartement te paralyse presque. Tu te vois à peine traverser l’appartement pour poser ton séant sur un fauteuil immonde à motifs floraux. Ta nuque te démange et tes poils se dressent. Avec lenteur, tu tournes le menton vers une pièce entrouverte et déglutit malgré toi. T’arriveras probablement jamais à t’y faire, à ces démons de l’au-delà. Ces paumé-e-s de l’entre-deux. Les deux vieux vous expliquent toujours le problème alors que tu te détournes rapidement pour adresser un sourire trop pincé au mari. Il te fixe du pallier en plissant ses paupières toutes fripées. Des vieux et des vieilles. Partout. Et si le fantôme s’avère être en réalité un second Bernard ? Elkan continuant sa petite escapade, tu te lèves lentement tout en fixant la porte entrouverte.

- Elkan.

Finalement, tu l’interpelles pour lui montrer la porte du menton.

- Vous chassez les fantômes ? s’exclame le Bernard-à-cul-nu. Alors vous me voyez forcément, qu’il proteste de sa voix nasillarde et tremblante.

T’es déjà planté devant ladite porte, tes claires prunelles d’azure se figeant dans celles du blond.

- Tu le sens aussi ? On dirait que ce truc est… en pétard. , tu marmonnes entre tes lèvres pour que ni Bernard, ni le couple ne puissent entendre tes mots.

Pitié, faites que ça soit pas un foutu poltergeist ! Ceux-là, c’est clairement les pires. Ils balancent des trucs absolument partout en laissant de l’ectoplasme. Une véritable immondice.

- Bien-sûr que je le suis, bande d'ingrats ! » beugle Bernard.

Non mais y va la fermer sa gu-

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 19 Juin - 21:55

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
Avec sa nonchalance habituelle, le viking explore les lieux. Le salon bien que large et spacieux ne semble pas adapté à la taille des deux géants. La présence massive de vieux meubles rustiques et de fauteuils à fleurs n'aidant pas à rendre hommage à cette pièce de vie, l'endroit semble se tasser sur lui-même. Néanmoins, le sorcier n'est pas là pour refaire la déco mais pour débusquer un fantôme qui, si possible, ne se balade pas cul nul. La présence de Bernard hérisse littéralement les poils du blond. Pareil à un courant électrique, des tentacules qui s'enroulent autour de ses membres pour s'infiltrer sous son derme. La sensation est loin d'être agréable mais au fil des années, il s'y est habitué. Si bien que maintenant, il parvient à occulter cette gêne sans y penser. Sauf dans ce genre de cas, où justement, il est à la recherche d'une présence fantomatique. Le nécromancien n'a d'autres choix que de rester alerte et concentré sur les sensations qu'il éprouve. D'ailleurs, il ressent une autre présence. La sensation de picotement dans son corps s'est intensifiée depuis qu'il a pénétré dans l'appartement. C'est probablement le même cas pour Jude qui finit par l'interpeller. En se tournant vers le jumeau Austen, il constate que son intérêt se cible sur une petite porte.

Bernard la ramène et Elkan, comme Jude, l'ignorent. Dans cette pièce, ça pourrait être n'importe quoi. N'IMPORTE QUOI. Même un second Bernard. Pitié, pas un autre monsieur tout nu. Jude s'est planté devant la porte et le viking en ferait bien de même mais deux grands géants pour un si petit couloir, ça passe moyen. Alors il reste un peu plus en retrait. Il aimerait bien que Bernard en fasse de même, battre en retraite.

— Ouais, je le sens aussi.

Et pas qu'un peu, à dire vrai. Il ne se contente pas de la sentir, cette colère... il la ressent. Il pourrait presque toucher ce sentiment de révolte et d'inquiétudes. Car il pense percevoir de l'inquiétude dans tous ça. Elkan tente de se concentrer mais Bernard n'a de cesse de le perturber. Toujours là, à piailler et à se balader à poil, baladant ses bijoux de famille. Exaspéré, Elkan craque et se tourne calmement vers le parasite.

— Bernard, soyez gentil, et laissez-nous tranquille.

Le défunt, malgré toute ses tentatives pour être vu, reste surpris de cette soudaine interaction.  

— Donc vous me voyez vraiment?! Vous m'ignoriez volontairement, bandes d'ingrats! Et d'où vous connaissez mon nom?! On se connait?!

Il s'emporte, s'énerve et gesticule, se tournant tantôt vers Elkan, tantôt vers Jude. Et à chaque fois, son équipement trois pièces se dandinent et se balancent. C'est comme pour les accidents de voiture, on le sait que ça va être trash mais on porte instinctivement notre regard dessus. Dans le cas des bijoux de famille ballotant, c'est pareil. Bien malgré lui, les claires prunelles du viking se pose dessus parce que ça s'agite et il le regrette aussitôt, lançant ensuite un regard désespéré à Jude.

— Et puis c'est quoi qu'il y'a là-dedans de plus important que moi?

L'esprit se téléporte et Elkan devine, sans grande difficulté qu'il se téléporte dans la salle de bain qui n'est à même pas un mètre.

— Vous me voyez? questionne le fantôme.

"Non, pas à travers les portes", pense aussitôt Elkan avant de passer devant Jude. De sa grande main, le blond pousse la porte et se fige aussitôt en voyant Bernard, tout nu, au côté d'une jeune femme qui malheureusement, elle, n'est pas toute nue. Comment vous dire que là, tout de suite, notre nécromancien bug totalement. Coraline, la fantôme, vient de casser Elkan. Pas bien.

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 19 Juin - 22:56

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Elle voyait deux hommes, mais elle avait comme la sensation qu’il y en avait un troisième avec eux. Elle entendait une autre voix. Elle ne pouvait se pencher davantage pour mieux voir sans risquer d’être découverte. Elle avait beau savoir que personne ne pouvait la voir, elle n’était absolument pas rassurée. Elle s’efforça de comprendre ce qu’ils se disaient. Elle avait l’impression qu’ils pouvaient la percevoir. Etait-ce vrai ? Etaient-ils vraiment compétents dans le domaine du surnaturel ? Existait-il des chasseurs de fantômes ? Elle avait du mal à y croire, mais après tout elle était bel et bien là, alors pourquoi pas. Sa colère était peu à peu en train de disparaitre pour laisser place à la peur. Elle se souvenait de la seule fois où elle avait vu le film L’Exorciste. Elle n’en avait pas dormi pendant plusieurs jours. Etait-ce ce qu’ils allaient lui faire ? Peut-être qu’il existait un enfer. Peut-être que c’était à cet endroit qu’ils allaient l’envoyer. Elle était prête à tout pour éviter ça.

Elle comprit rapidement que se cacher allait être plus compliqué que prévu. A chaque fois qu’elle les sentait s’approcher, elle disparaissait et changeait de pièce. Mais ils semblaient la suivre à la trace. Et sa peur grandissait au fur et à mesure qu’elle sentait que l’étau se resserrait. Elle finit par se retrouver, sans s’en rendre compte, dans la salle de bain et elle se sentit suffoquer. Elle détestait cette pièce. Après tout, c’était là qu’elle était morte, sur ce carrelage désormais immaculé.

Ces quelques secondes qu’elle prit à réaliser où elle était, à tenter de retrouver son calme, furent des secondes de trop. Avant qu’elle ait eu le temps de se rendre compte qu’ils étaient devant la porte, un individu apparut juste devant elle. Elle s’était préparée à beaucoup de choses, mais certainement pas à voir un vieillard tout nu se téléporter sous ses yeux, et demander si on pouvait le voir. Un vieillard qui manifestement, pouvait la voir lui aussi. Elle poussa un cri et recula, manquant de tomber dans la baignoire.

Au même moment, la porte s’ouvrit sur un géant blond. Il ne dit rien, ne fit rien. Il resta figé devant elle. Elle se força à reprendre ses esprit et brandit la bombe insecticide qu’elle n’avait pas lâchée et en vaporisa une partie du contenu directement sur lui. Puis, elle lança le contenant vers le second géant qui se trouvait derrière et se téléporta dans le salon.

La terreur surpassait aussi bien la surprise, que le dégoût, que la curiosité. Elle sentait le danger. Elle sentait qu’ils étaient différents du couple qui logeait chez elle depuis quelques semaines. Elle regarda la porte d’entrée, qui était à sa portée. Il aurait suffit de quelques enjambées, et elle était dehors. Mais elle ne pouvait pas. C’était au-dessus de ses forces. Elle ne pouvait pas sortir de cet appartement.
Elle se concentra sur le lustre massif et celui-ci s’écrasa sur le parquet ciré. Elle espéra ainsi avoir gagné un peu de temps. Elle se précipita en courant vers la cuisine et se mit en quête d’un couteau, quelque chose qui lui permette de se défendre.

Ses mains ne cessaient de trembler, ce qui ne l’aidait pas beaucoup à chercher avec efficacité. Elle pouvait entendre des pas se rapprocher, ou peut-être était-ce son imagination. Elle finit par trouver l’arsenal de couteaux de cuisine du couple et choisit le plus imposant. Puis, elle se cacha derrière la porte, tentant de ne pas paniquer complètement, de faire le moins de bruit possible.

A l’instant où elle sentit une présence entrer dans la cuisine, elle ne réfléchit pas une seconde et brandit la lame d’un coup, sans se soucier de qui elle pouvait blesser.

« Partez ! Laissez-moi tranquille ! »

Elle aurait aimé avoir l’air effrayante en cet instant, mais elle avait du mal à empêcher sa voix de trembler. ait à outrance. A défaut d’autre chose, ça pourrait faire une arme correcte.

 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Sam 23 Juin - 11:51

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

« - Tous de gros ingrats, ingrats, ingrats, ingrats ! Répète le vioc en boucle, au grand malheur de tes esgourdes.

C'est un cauchemars. Et voilà que cet abruti fait tout capoter en se téléportant dans la salle de bain. Stupide ectoplasme à la cervelle fondue. Une idée saugrenue te prend soudainement et s'impose à ton esprit. Tiens, et si t'allais voir des producteurs Hollywoodien pour leur démontrer que le véritable visage du monde des esprits, c'est des types comme cet imbécile de Bernard ? Tes prunelles claires se posent sur la grande patte d'Elkan, qui elle-même se vautre sur la porte pour la pousser avec une délicatesse toute nouvelle. Vous êtes trop haut perchés, trop larges, pour ce foutu couloir de malheur. Mais grâce à tes maigres centimètres supplémentaires, tu peux lever ta bouille en l'air pour aviser une brune a l'air paniqué coller une bombe anti-moustique sur la tronche d'un Elkan sûrement bien pris au dépourvu. Tu rêves, ou Elkan a freezé ? Faudra que tu lui en parles. L'éclat de rire menace et chatouiller ta glotte, mais tu le retiens vivement pour reculer prudemment. L'effluve toxique du produit t'arrache une grimace et secoue tes naseaux.

- Merde, tu jures entre tes dents et fait volte-face au moment ou le pauvre Bernard se retrouve en solitaire dans la salle d'eau.

L'esprit de la fille lui, s'est volatilisé. La panique te submerge. La trouille te colle une sueur froide. La température presque polaire t'arrache une grimace. Cette peur panique appartient à la femme morte. Les effluves provenant d'un Bernard indigné t’atteignent à peine. A présent, seule l'esprit de la brunette compte réellement. Tu fais signe à Elkan avant de t'engager dans toute la maison pour partir à la recherche de l'esprit, passant devant la porte d'entrée ouverte sans adresser un regard aux propriétaires. Sur l'échelle de la peur, la panique de cette fille explose le baromètre. C'est une évidence qui te frappe en pleine gueule. Tu serres les poings, inspire par les naseaux et te plante devant la porte de la cuisine. Une respiration saccadée à travers la porte t'indique la présence de la défunte.

La prudence est de mise.

Tu tournes lentement ton faciès figé vers ton associé et roule des yeux vers la porte. Vous en savez pas assez sur elle. Sur ce lieu. Et visiblement, les petits viocs sont de bon gros radins. L'esprit est probablement coincé ici. Donc décédé entre ses murs. Sacrée promesse pour un bon gros rabais. L'idée même qu'ils puissent l'ignorer ne t’effleure pas l'esprit. Du moins, tu l'ignores superbement.  Les vêtements de marque soigneusement entretenus mais dépassés depuis des années portés par le couple t'avais déjà fait tiquer. Avec un soupire, t’entrouvres finalement la porte avant de faire un pointe à tête avec la bout d'un couteau de cuisine aiguisé. Tu louches sur l'arme improvisée pointée sur ta jugulaire, baisse tes opales vers le petit esprit et serre la mâchoire alors que Bernard déboule dans la pièce sans prévenir.

- Moi aussi j'peux faire ça ? Qu'il ose demander en traversant un couteau du plat de la main.
- Mais ta gueule ! Tu craques finalement en pointant ton index dans sa direction, non, pas vous ! » Tu te reprends rapidement en levant les bras, trop peu désireux de te faire embroché par la petite nerveuse.

Du coin de l’œil, tu vois le Bernard prendre une moue offusquée alors que la pointe de la lame semble être à deux doigts de te t'égorger. Et dans la panique, tu chopes le poignet de l'esprit en tentant d'oublier le froid qui te gèle les doigts.

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Sam 23 Juin - 18:27

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
Cassé, freezé, appelez-ça comme vous le désirez. Toujours est-il qu'Elkan se retrouve comme un con devant l'esprit, sans afficher la moindre réaction. A la limite, si. La seule dont il est capable c'est de couler son regard entre le visage terrifié de la morte et sa... "gorge" très... rebondie. Toutefois, c'est un spectacle dont il ne profite guère longtemps, une seconde tout au plus, puisque très vite, la défunte l'asperge à coup d'insecticide. Dès les premières sensations de picotement, le sorcier ferme brusquement les yeux et détourne son visage, jurant entre ses dents et protégeant son visage à l'aide de ses mains. Il ne peut même pas reculer et prendre ses jambes à son cou, Jude lui barre involontairement le passage. Ils sont trop grands, trop imposants pour un si petit espace. Puis surtout, il n'ose imaginer les railleries de Jude si il détale comme une gonzesse pour un peu de spray dans la gueule. Mais bordel! Ce que ça fait mal! On peut dire qu'elle lui a tapé dans l’œil. Aveuglé, il ne peut se fier qu'à son ouïe pour comprendre la situation. Et encore. Bordel ses yeux, ça pique.

A l'aveuglette, il tente de trouver le lavabo. Il se heurte la tête contre une étagère mais dans son malheur, il atteint ce qu'il désirait tant. Pressé de calmer la sensation de brûlure, le géant blond ouvre à fond les vannes d'eau et enfoui son visage sous le jet pour calmer ses yeux. Et plus loin, ça s'agite. Il entend des éclats de voix. Notamment celle de la défunte. Sa peur enfle. Il la sent, toujours plus forte, toujours plus violente et suffocante, si bien que ça le dérange bien plus que son petit bobo à ses deux globules. Il se redresse, ne prend même pas le temps de fermer les robinets et à l'aide de ses immenses jambes, il rejoint très rapidement Jude, Bernard et l'esprit de l'appartement. Sa vision est floue, son visage ruisselant d'eau mais au moins, il est en état d'affronter la situation.

— Elle va le transformer en sushi, votre ami, commente Bernard.

Quoi? En sushi? De quoi il parle? En plissant les yeux et en se concentrant, Elkan voit enfin le couteau que maintient la défunte. Il voit également les doigts de son collègue enserrer le poignet de l'esprit. Cette histoire risque de très mal tournée. Et Bernard n'aide en rien. Première à chose... éloigner Jude du couteau. Rien de plus simple. Elkan lève la main, se concentre et d'un mouvement de l'index, envoie voltiger le couteau plus loin. Enfin c'était idéalement dans ses intentions mais sa vision défaillante le met dans l'erreur. Ce n'est pas le couteau qu'il envoie voltiger mais ni plus ni moins que son collègue. Comprenant son erreur, Elkan se contente d'hausser les épaules. Il va s'en remettre, c'est pas lui qui s'est bouffé un insecticide dans la gueule. Il reporte ensuite son attention sur l'esprit, les yeux rougies, bouffis et larmoyant. Une vraie gueule de vainqueur, tiens.

— On ne vous veut aucun mal, promet le géant blond d'un ton qu'il se veut rassurant.
— Et moi, c'est quand qu'on s'occupe de moi?! s'impatiente Bernard.

Elkan serre des dents mais ne rentre pas dans son jeu.

— On veut juste comprendre pourquoi vous êtes là et ce que vous attendez de ce couple de p'tit vieux.
— Et moi, ce que j'attends, tout le monde s'en fiche. Vous fiez pas à lui, jeune fille. Ce ne sont que des ingrats.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Sam 23 Juin - 19:18

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Elle était absolument terrifiée. Elle avait le sentiment que c’était sa dernière heure, alors que sa dernière heure avait déjà eu lieu. Elle tenait le couteau à la main, contre la jugulaire de l’un des hommes. Elle réalisa qu’elle n’avait jamais tué personne. Ou même blessé. Son métier avait consisté à sauver des vies, pas à les retirer. Mais cette fois-ci, elle n’avait pas le choix. Pas si elle voulait s’en sortir. Peut-être qu’il aurait trop peur pour oser aller plus loin. Peut-être qu’il prendrait son collègue sous le bras, et qu’ils repartiraient tous les deux d’où ils étaient venus. L’autre homme, celui qui était nu comme un ver, était venu les interrompre. Elle ne savait s’il s’agissait d’une diversion visant à la déstabiliser. Si c’était le cas, ça fonctionnait. Assez pour qu’elle laisse celui qu’elle agressait l’opportunité de lui saisir le poignet. Elle tressaillit au point qu’elle manqua de lâcher son arme. Lorsqu’elle le regarda de nouveau, la peur avait laissé place à la surprise.

« Vous pouvez me voir ? Et me toucher ? »

Elle n’eut pas le temps de s’attarder davantage sur la question. Le géant blond, qu’elle avait aspergé à coups d’insecticide, venait de faire son entrée. Il avait les yeux très rouges, manifestement elle n’avait pas raté son coup. Pour une mystérieuse raison, il envoya valser son collègue. Le problème est que celui-ci la tenait toujours fermement, aussi elle le suivit dans sa chute.

L’avantage d’être un fantôme est de ne pas être exposée à la douleur. Elle put facilement se relever, malgré une gêne qu’elle ressentait dans le ventre. Mais elle n’y fit pas attention. Elle ne remarqua pas que le couteau, qu’elle tenait en main quelques secondes auparavant, s’était planté dans son propre ventre. Elle fixait l’homme qui se tenait debout face à elle. Il fallait qu’elle vérifie. Elle se planta devant lui, et posa une main sur son bras. Main qu’elle retira immédiatement.

« Comment vous faites ça ? C’est impossible ! »

Elle les regardait tous les deux tour à tour, autant poussée par la curiosité que par l’inquiétude. Puis, elle regarda le géant blond.

« Je veux qu’ils partent de chez moi ! Elle a jeté mes affaires, tout ce qu’il me restait ! »

A ces mots, elle sentit un relent de tristesse et de colère en elle et quelques verres posés sur le comptoir de la cuisine se mirent à frémir. La vérité est qu’elle ignorait si elle pouvait passer la porte pour aller les chercher elle-même. Elle n’osait pas sortir. Elle n’y arrivait pas, trop accrochée à son ancienne vie. Elle était persuadée que si elle sortait, tout disparaitrait. Qu’elle n’aurait vraiment plus rien.

« Qu’est-ce que… qu’est-ce que vous allez me faire ? »

Une fois encore, elle voyait les images de vieux films de fantômes qu’elle avait pu voir. Jusqu’à Ghostbusters. Elle ne voyait aucune arme qui serait susceptible de l’absorber, mais elle n’avait aucune envie de terminer dans un petit contenant. Elle avait peur, mais à cette peur s’étaient ajoutées de très nombreuses questions. Pourquoi pouvaient-ils la voir ? Lui parler, la toucher ? Qu’étaient-ils vraiment ?
Une part d’elle, une toute petite, n’avait pas envie qu’ils partent. Parce que, depuis sa mort, c’était la toute première interaction qu’elle ait pu avoir. Avec le sentiment soudain d’exister, d’être réelle.

Elle tentait d’ignorer le vieux, ce qui n’était pas évident étant donné qu’il ne cessait de les interrompre par des interventions toutes plus absurdes les unes que les autres. Lorsqu’il s’adressa à elle, elle se tourna vers lui par réflexe, et le regretta immédiatement. Elle plaça une main devant ses yeux.

« C’est quoi son problème ? Est-ce qu’il ne pourrait pas enfiler un pantalon ? » supplia-t-elle presque.

« Vous n’êtes pas très polie ! La jeunesse, ce n’est décidément plus ce que c’était ! »

Elle ignora les protestations de Bernard, qui la mettait décidément extrêmement mal à l’aise.

 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Sam 23 Juin - 19:53

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

Bernard est incapable de fermer sa foutue gueule fripée, et ça te fout bien en rogne. Le poignet glacé de la morte te gèle les doigts alors qu'elle couine de surprise. Bernard dans le fond continue ses inepties verbales, et Elkan déboule dans la cuisine la gueule pivoine et les yeux rouges. Il a l'air constipé à force de plisser les yeux. T'agites ta frimousse de l'esprit à ton collègue, toujours en ignorant superbement le vieux amnésique. Et voilà que ton corps valdingue à l'autre bout de la cuisine pour heurter une commode, emportant au passage l'esprit de la brune. Une secousse violente te prend du nombril jusqu'à la gorge. Elkan va en entendre parler. La journée entière est un énorme dossier de reproches ! D'abord, monsieur bug complètement en mettant en péril leur mission, et maintenant, ça ! Tu te redresses finalement avec vivacité, fusillant ton associé d'un regard furibond. Tes prunelles reviennent à l'esprit, remuant d'elle au couteau planté dans son abdomen. En... Evitant soigneusement sa poitrine bombée. Autant éviter d'hériter de l'arme blanche, l'effet serait bien plus dévastateur sur ta personne. Finalement, c'est Elkan qui prend la parole, tandis que tes azures claires valdinguent de la femme au Viking. D'Elkan à la femme. Son timbre est trop doux. Tu le connais bien, le Elkan. Et sa manière d'aborder les esprits n'est généralement pas faite avec autant de pincettes. Tes paupières se plissent tandis que tu continues de dodeliner du menton de l'une à l'autre. Finalement, tu prends la parole en serrant les dents, agacé par Bernard.

« - Il est mort comme ça, tu soupires en jetant un coup d’œil peu amène aux bijoux de famille.

C'est plus fort que toi. C'est si laid que tes prunelles s'y attardent automatiquement.

- Je suis QUOI ?! Hurle Bernard de son timbre tremblotant.

Eh merde.

A force de le lui répéter, t'en as oublié de prendre le ton adéquat pour annoncer la mauvaise nouvelle. T'hausses les épaules, plus du tout impliqué par ce vieux amnésique chronique. A force de lui répéter qu'il est mort, tu fatigues.

- Vous voyez c'est le problème, avec Bernard, que tu continues en haussant un sourcil, il oublie sans cesse qu'il est mort. Le jour où il prendra conscience que son Alzheimer ne peut plus lui poser aucun problème, peut-être qu'il arrêtera de nous... hanter. Comme vous avec cette maison et ses propriétaires. Y a un truc qui vous retient là-dedans et on ignore encore quoi.

Tu pointes ton associé du menton, retenant un sourire goguenard devant sa gueule rougie. Visiblement, l'esprit est férocement attachée à son ancienne vie. Ce qui peut potentiellement leur donner du fil à retordre.

- Lui c'est Elkan. Moi Judicaël, mais vous pouvez m'appeler Jude.

T'humectes tes lèvres, avise les dégâts causés dans la cuisine et songe aux propriétaires. S'ils n'ont pas déjà décampé, c'est un miracle.

- Nous on est là pour comprendre, c'est tout. Vous ne devriez plus être là...

Tiens, Bernard a enfin fermé sa tronche ? Tu lances un regard oblique vers l'endroit où il s'était tenu. Visiblement, il s'est fait la malle.

- C'est quoi votre nom ? Tu demandes finalement en y mettant autant les formes que possible.

La délicatesse à jamais été tronc truc. Mais tu fais tout pour lui paraître aussi avenant que possible. Autant que ta carrure te le permet. Et tu rajoutes même un sourire encourageant sur ta gueule halée. Un petit courant d'air glaciale fait grincer tes dents et trembler ta carne. Et ton esgourde perçoit le timbre surpris de … Bernard.

- Bonjour... Où-est-ce que je suis ? »

Oh. pu-tain.
Inspire. Expire. Inspireexpirenspireexpireinspireexpire.

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Sam 23 Juin - 22:01

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
D'habitudes, c'est lui qui pose les questions aux morts, pas l'inverse. Exception faite de Bernard qui harcèle absolument tous le monde. Le géant blond se tient droit, dominant l'esprit de toute sa hauteur. Pour autant avec sa gueule rougit par l'insecticide, il parait moins impressionnant qu'à l'accoutumé. La défunte pose ses doigts glacés sur le bras du géant blond. La sensation est immédiate. L'énergie de l'esprit lui picote la peau, pareil à des fourmis électriques qui se baladent tranquillement sur lui tout en cherchant à creuser pour se fondre sous son derme. Vous l'aurez compris, ça n'est pas la meilleure des impressions au monde. Elle est surprise de pouvoir le toucher. Il l'est tout autant. A ceci près qu'il dissimule sa surprise. Lui et Jude sont censés être des professionnels, capable d'apporter les réponses. Si il montre à quel point la situation est inédite, ça risque de flipper d'avantages l'esprit. C'est la raison pour laquelle il élude la question de l'esprit. Comment il fait ça? Il en sait fichtrement rien. Il a tendance à penser que ça vient d'elle, cette capacité à le tripoter. En tout cas, par bonheur, elle a retiré sa main rapidement. Enfin... par bonheur... Tout est relatif. Focus sur l'affaire, il devait comprendre les attentes du fantôme... qui sont assez simple.

— Je comprend, assure le viking toujours avec cette bienveillance dans la voix, malgré ses yeux bouffis.

Il tend son bras, pour poser une main réconfortante sur son épaule puis se ravise aussitôt. Faut pas déconner, depuis quand il se prend de compassion pour les morts. Il se ressaisit bien vite à sa nouvelle question. Ce qu'ils comptaient faire d'elle? Beh Elkan a bien une idée de ce qu'il pourrait faire avec elle mais pas sûr qu'elle apprécie la réponse. Et Bernard qui continue d'user les nerfs de tout le monde. Même la fantôme finit par craquer... ce qui fait sourire le viking alors que Jude reprend le flambeau. Ah oui, c'est vrai, lui aussi il est là. Focaliser sur la défunte, il en a oublié la présence de son collègue. Ce dernier lâche la bombe. Ouais. Bernard est mort. Au moins, le choc de la nouvelle lui cloue le bec.

Pendant que le jumeau Austein explique le topo, le géant blond s'éloigne pour une nouvelle fois inspecter les lieux, à la recherche d'objets occultes, de livres anciens. Bref, d'un truc qui justifie la présence de la morte. Sauf qu'il ne trouve absolument rien. L'appartement est d'une banalité ennuyante. Et bien qu'il semble se désintéresser de la conversation, quand Judicaël demande le prénom de la morte, il tend l'oreille et revient auprès d'eux avec nonchalance. D'ailleurs, étrangement, au retour d'Elkan, Bernard apparaît... une nouvelle fois sans aucuns souvenirs. Que quelqu'un lui vienne en aide. Il soupir et décide, encore une fois, d'ignorer le monsieur tout nu. Ses claires prunelles toujours aussi rouges qu'un homard se posent sur la défunte. Un détail lui revint en mémoire et il décide de l'exploiter.

— Vous dîtes qu'elle a jeté toutes vos affaires. Quand est-ce que c'était?
 
Et pendant ce temps, y'a Bernard qui tente d'attirer l'attention d'absolument tous le monde. Il déambule, allant de Jude à Elkan, d'Elkan à Coraline. Et le sorcier prie pour que Coraline joue le jeu, l'ignorant également. Bien que c'est compliqué.

— Je propose que Jude et moi, on aille repêcher vos affaires. A la condition que vous nous suivez.

— Hey, face de homard, tu me vois? Tu m'entends? Quelqu'un peu me dire pourquoi je suis tout nu?

Qui c'est qui traite de face de homard? Elkan se gratte le bout du nez, réprimant une furieuse envie de répliquer. Focus sur la défunte. Il lance toutefois un regard à son collègue. Si si. Il a bien compris. Ils vont littéralement se vautrer dans la merde, les mains dans une benne à ordure. Leur boulot, s'pas toujours glamour. Anticipant l'anxiété de l'esprit, il s'empresse de préciser.

— Il ne vous arrivera rien, c'est promis. Si vraiment vous êtes bloqués dans cet appartement alors vous serez simplement incapable de sortir. Dans le cas contraire, vous allez pouvoir venir avec nous. On récupère vos affaires, on vous emmène dans notre agence et on tire cette histoire au clair.

Elkan, pour rassurer la fantôme, tend son bras en direction de son poignet. Une façon comme une autre de se montrer avenant, de lui assurer qu'ils ne comptaient pas lui faire de mal mais bien de l'aider. Sauf que Bernard décide d'apparaître à ce moment là. La main d'Elkan se trouvant au niveau des parties génitales de Bernard. Même si ça main ne fait que le traverser, le géant blond lâche un cri horrifié et se recule vivement, se cognant contre un des fauteuils et perdant ainsi l'équilibre, se retrouvant le cul dans le fauteuil. Il a frolé la crise cardiaque avec ces conneries.

— Vous avez essayé de me tripoter? Non vous avez pas honte, espèce de vicieux!!!

Offusqué, Bernard cherche à prendre Coraline et Jude à témoin, se tournant à toute hâte tantôt vers le pauvre nécromancien sur son fauteuil et vers les deux autres compères. Avec a chaque fois des mouvements amples et à chaque fois, son zigouigoui qui se promène sans la moindre pudeur.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Dim 24 Juin - 10:50

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Elle était perdue, entre ces deux géants qui l’entouraient, et ne semblaient pas aussi hostiles qu’elle l’avait cru au départ. Elle était tentée de leur faire confiance, en partie parce qu’ils ne semblaient pas la menacer, mais surtout par l’espoir fou de ne plus être seule. Elle avait presque du mal à l’imaginer en fait, tant cela lui semblait loin de sa réalité présente. Elle n’était même plus certaine de se rappeler de ce que cela faisait. Parler à des gens, même simplement pour dire bonjour, et se l’entendre répondre en retour. Mais, elle devait l’admettre, elle se serait volontiers passée de ce vieil homme tout nu. Elle n’avait rien contre la nudité, mais celle-ci n’était pas franchement agréable à l’oeil, et ça commençait à devenir gênant. En entendant la réponse du géant qui l’avait entrainé dans sa chute, elle ne put s’empêcher de se dire qu’elle avait espéré que le premier de ses congénères qu’elle rencontrerait ne soit pas un très vieil homme à poil. On ne choisit pas toujours, dommage.

« Heureusement que je ne suis pas morte sous la douche alors, ça aurait été gênant. » répondit-elle avec un rire nerveux.

Ou dans son pyjama licorne, ou perchée sur des talons aiguille particulièrement hauts. En fait, elle ignorait si elle était capable de se changer, elle n’avait jamais vraiment essayé. Elle ne s’attendait pas à ce que le vieux ne soit pas au courant, et s’en serait presque voulue de son manque de délicatesse s’il n’avait pas été si agaçant. Et si elle n’avait pas vue sur son service trois pièces en permanence. Elle accepta les explications de l’homme, même si tout ceci lui semblait encore complètement hallucinant. Elle était là, dans son appartement, en train de discuter de la condition médicale d’un revenant, aussi facilement que s’ils avaient parlé de la pluie et du beau temps.

Ce qui la retenait ? Elle ne savait pas vraiment. En fait, elle n’avait jamais essayé de sortir. Elle n’y arrivait pas. Le simple fait d’y penser lui semblait inconcevable.

« Mais c’est chez moi ! Et j’attends quelqu’un… » Elle soupira, et le regarda, presque terrifiée par la vérité qu’elle allait prononcer à voix haute. « Je n’ai pas d’autre endroit où aller. »

Elle n’avait plus rien, plus personne. Sa famille était en Angleterre. Ses amis avaient très certainement repris le cours de leur vie, tant bien que mal. Et son mari… son coeur se serra à cette pensée. Il disait qu’elle n’aurait pas dû être là, mais pas où elle aurait dû aller. Elle n’osa pas poser la question, elle n’était pas certaine que la réponse lui plairait. Elle n’avait jamais été croyante, mais depuis quelques mois elle n’était plus sûre de rien.
Le fameux Jude se présenta, ainsi que son collègue, avant de lui demander son propre prénom.

« Je m’appelle Coraline. »

Ces quelques mots avaient une saveur particulière dans sa bouche. Comme si, par eux, elle affirmait sa propre existence. Elle baissa ses yeux un instant, et remarqua alors le couteau qui était toujours planté dans son abdomen. Voilà donc où il était passé. Elle empoigna le manche à deux mains et l’en extirpa, puis le posa sur le comptoir près d’elle, comme si de rien n’était. Ce n’était plus vraiment le genre de chose qui l’émouvait.

Elle se tourna vers Elkan, qui la questionnait sur ce qu’elle avait perdu.

« Ce matin. Je crois. Je ne sais pas exactement »

Ce n’étaient que des objets, et pourtant l’idée de les avoir perdus lui brisait le coeur. Mais lorsqu’il lui promit de les récupérer, elle les regarda tous les deux tour à tour, les yeux emplis d’espoir.

« C’est vrai, vous feriez ça ? »

Elle tentait de faire son possible pour ignorer Bernard, qui recommençait à vouloir attirer l’attention. A vrai dire, il la préoccupait bien moins que le sort de ses affaires. Et la perspective de sortir. Et si elle sortait, est-ce que tout ce qu’elle avait connu disparaitrait ? Et si elle était bloquée ici, est-ce qu’elle y resterait toujours, à devoir partager son espace avec les individus qui viendraient envahir son appartement, la narguer ? Ces deux perspectives lui faisaient aussi peur l’une que l’autre.

Cet homme avait quelque chose de réconfortant. Sans savoir vraiment pourquoi, elle avait envie de lui faire confiance. Il avança une main vers elle, mais à cet instant précis, le vieux fantôme apparut entre eux. Par réflexe, elle disparut elle-même pour réapparaitre un peu plus loin, évitant ainsi un contact indésirable. Elkan lui n’avait pas eu ce bonheur et se retrouva assis dans l’un des fauteuils, visiblement très choqué. Ignorant une fois de plus le vieux, elle apparut aux côtés du géant. Elle devait l’avouer, elle se sentait quelque peu coupable en voyant ses yeux rougis par l’insecticide.

« Vous voulez un verre d’eau ? » Puis, après une seconde d’hésitation, elle reprit. « Je… je suis vraiment désolée pour tout à l’heure. J’espère que vous n’avez pas eu trop mal. »

Mais en tant qu’infirmière, ou ex infirmière, elle savait bien que si. Elle leva les yeux vers Jude.

« Ce… c’est d’accord. Je vais vous suivre. Enfin, essayer… »

A côté Bernard ne cessait de s'agiter, visiblement mécontent qu'elle ne fasse pas attention à lui.

« Et moi alors ??? C'est moi la victime dans cette histoire ! Bande d'ingrats ! »
 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Lun 25 Juin - 12:32

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

Entre la pseudo nouvelle affabilité d'Elkan, Bernard qui s'agite et la spectre complètement paumée, y a de quoi choper la migraine. Tu plantes tes iris sur chaque visage, aussi curieux que discret. Du moins, tous sauf celui du vieillard. La bouille concentrée et les bras croisés, tu soupires et inspire profondément tout en observant l'échange. Le fait qu'Elkan prenne les devants t'arrange, mais force est d'admettre que le nécromant se montre un tantinet trop mièvre. Tout dans son comportement te pousse à croire que la brune lui a sacrément tapé dans l’œil. Faudra que tu lui rappelles qu'elle est morte, à l'occasion. Mais lorsque ton collègue assure à l'ectoplasme que vous iriez faire les poubelles des vieux avec plaisir, ton corps se disloque complètement et tes bras t'en tombent. Un « hey » de protestation menace d'être gerbé de tes lippes. Et toi, t'as ton mot à dire oui ou merde ? Aller te souiller dans les décombres ordurières de deux septuagénaires ne t'intéresse pas le moins du monde. Tes lippes restent cousues malgré tout. Avez-vous seulement le choix ? Tu soupires, lève une main de dépit pour confirmer à Coraline que vous vous y rendrez quoi qu'il advienne et jette un regard de dépit à la silhouette d'Elkan. Il a beau te tourner le dos, t'espère bien qu'il sentira plusieurs épines lui piquer la nuque.

L'intéressé s'avance finalement, promettant monts et merveilles à la belle défunte. Il faut vraiment que tu le tiennes en laisse. Et tes paupières s'ouvrent sur tes deux billes grandes ouvertes lorsque la main du géant se retrouve au niveau des testicules de Bernard, soudainement apparu devant lui en signe de protestation à un trop plein d'ignorance. Tes lippes s'étirent avec une telle largesses que tes pommettes atteignent presque tes yeux brillants. T'es qu'un décor de fond qu'on avise du coin de l’œil, la gueule béante d'un sourire immense et jouissif. Finalement, tu le laisseras tranquille avec cette histoire de poubelle. Remerciant le Karma avec un silence presque religieux, tu plaques tes mains pour masquer ton vile sourire perfide. Le blond termine le séant dans le divan et le fantôme s'agite finalement, prise d'une soudaine culpabilité absolument attachante, mais un chouilla retardatrice. En attendant, t'ignore toujours Bernard, harassé de devoir supporter son amnésie chronique.

« - Bon, on fait pas de fumée sans feu ! tu lances finalement en frappant dans tes grandes pattes d'ours. Je vous propose un marché, jeune femme. Tenez-moi le bras et sortons, avec un peu de chance j'agirai comme point d'encrage pour vous aider à sortir.

Alors là, celle-là, tu vas vite la regretter.

Tu pinces tes lippes pleines, lui fait signe de s'accrocher à ton bras et jette un coup d’œil à Elkan, toujours vautré.

- Allez mon vieux, remets-toi, Basile te soignera aux petits oignons. »

Lui, il cracherait pas dessus en tout cas. Tu baisses finalement de nouveau le menton vers la jeune femme, le tout en lui adressant ton plus beau sourire. Pas celui qui fait se dire à ton interlocuteur que t'as encore cramé une baraque, mais plutôt cette bouille solaire que t'adresse généralement qu'aux plus démunis. Ceux qui le méritent vraiment. Parce qu'au fond, cette petite nana paumée te fend le palpitant et attise ton empathie bien trop enfouie depuis la mort de Gwen.

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Lun 25 Juin - 22:15

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
Il n'est pas rare de croiser des fantômes au destin tragique. En tout cas, avec des morts tragiques, tristes ou un brin émouvante. Mais avec le temps, Elkan avait su mettre de la distance entre lui et ces histoires d'outre-tombe. Par contre, il ne rechigne jamais devant une mort drôle et loufoque. On trouve son petit bonheur là où on peut. Après tout, à quoi bon s'attrister pour le sort des morts? Ne dit-on pas, la plupart du temps, que c'est d'avantages douloureux pour ceux qui restent sur Terre, contraints et forcés de continuer, écœurés de constater que le monde continue de tourner en dépit de la peine qui enraille et paralyse? Dans le cas de Coraline, le géant blond se sent incapable de mettre en place cette distance qui lui est d'ordinaire si aisé d'instaurer. Quelque chose dans sa voix, son visage, ou sa peur, éveil un lui cette fibre protecteur. Sinon pourquoi proposer de fouiller les poubelles? Par chance, ou pas, Judicaël semble okay avec cette perspective. Tant mieux, même si c'est le nécromancien qui a balancé l'idée, il ne se sent pas très jouasse à l'idée de se salir les mains tous seul.

Ils sont si proches de quitter l'appartement sans d'autres péripéties en tout genre... Si proches... comme les doigts d'Elkan, si prochs des bijoux de Bernard. Le dégoût plus qu'autre chose l'a poussé à se reculer jusqu'à finir les fesses dans un fauteuil. Aussitôt, il darde ses claires prunelles sur son collègue, persuadé de le voir sourire comme un débile à défaut de l'entendre rire. Saleté de franco-gallois. A défaut de l'asséner d'un "qu'est-ce qui te fais rire?" il reporte son attention sur la belle Coraline qui semble enfin culpabiliser.

— Je n'ai presque rien senti, assure le géant blond, avec un large sourire colgate.

Menteur mais pour la bonne cause, il quitte enfin son fauteuil quand Jude intervient, allant même jusqu'à proposer son bras à Coraline. Okay, donc c'est le viking qui se prend l'insecticide dans la gueule mais c'est le médium qui se retrouve avec la jolie fille à son bras? Cette constatation rend notre Elkan un brin boudeur mais tente malgré tout de rester professionnel.

— Je peux me soigner seul.

Basile, il est gentil mais il n'est l'infirmière sexy qu'il aimerait avoir à son chevet, donc bon... C'est Jude qui en rêve depuis un moment. Cela n'a échappé à personne et certainement pas au demi démon. Enfouissant les mains dans sa veste en cuir, il ouvre la marche et se rend jusqu'à la sortie. Sur le palier... il n'y a plus personne. Les petits vieux semblent avoir pris leurs petites jambes de retraités jusqu'au cou. Un problème qu'il réglera plus tard. Dans l'immédiat, il appréhende la sortie de Jude et Coraline, espérant que la fantôme sera en mesure de quitter les lieux. Quand le pied de la morte franchit le seuil de l'appartement, Elkan retient son souffle jusqu'à ce qu'elle soit avec lui, dans le palier. Bernard de son coté, s'agite toujours plus, scandalisé d'être continuellement ignoré.

— Vous êtes un fantôme libre.

Plus ou moins. Mais ce n'est qu'un détail sur lequel il préfère passer dans l'immédiat. D'ailleurs, il vient enfin à se demander où sont passés le petit couple. Pas très loin, surement à l'étage en dessous. Ou dans le hall de l'immeuble.

— Bon Jude, il est temps pour nous de remplir notre part du marché.

Grand sourire sur son faciès, il accompagne sa réplique d'un mouvement de tête désignant l'escalier. Traduction : descendons gaiement dans les bennes à ordure. Une activité dont il ne raffole pas mais pour les beaux yeux d'une... morte, que ne ferait-on pas? Techniquement, y'a plein de choses qu'on ne peut et ne doit pas faire avec une morte. Mais nous n'allons pas débattre à ce sujet. Avec ses grandes jambes, le viking descend à vive allure, suivit de très près du cul-nu qui hurle "Regardez-moi" et même sans le voir, il imagine les fesses flasques de Bernard faire flamby.

Une fois dans le hall, il retrouve comme il le pensait, le couple de petit vieux. En parfait professionnel, le géant blond les rejoins afin de les maintenir informés de la situation. Tout du moins l'essentiel : le fantôme est parti et il leur faudra passer à l'agence au cours de la semaine pour effectuer le paiement. Par espèce si possible et si par chèque, avec la possibilité de l'encaisser aussitôt.

Ce sont des hommes d'affaires, pas des hommes de charités.
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 26 Juin - 10:34

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Coraline était réellement désolée, surtout sachant quelles pouvaient être les conséquences d’un jet d’insecticide en plein dans les yeux. Elkan lui confirma ne presque rien sentir, et elle l’aurait peut-être cru si elle n’avait pas fait partie du corps médical. Néanmoins, c’était gentil de sa part de ne pas vouloir la culpabiliser davantage. Elle n’insista donc pas et se plaça aux côtés de Jude. Sortir. Ça y est, c’était le moment. Le moment où elle saurait si elle devait rester ici, ou quitter cet endroit. Elle ne se faisait aucune illusion: le couple qui vivait là risquait, si elle restait, de faire appel à d’autres personnes, peut-être bien moins bienveillantes. Et puis, elle était poussée par la curiosité, autant que par la perspective de ne plus être seule. Le temps avait filé à une telle vitesse qu’elle ne savait plus vraiment depuis combien de temps elle n’avait parlé à quelqu’un. Elle inspira, autant qu’elle puisse le faire maintenant qu’elle était morte, et prit le bras de Judicaël. Le contact physique était si étrange. Il lui faisait presque mal, tant elle en avait perdu l’habitude. Elle se tourna de nouveau vers Elkan.

« Je suis… enfin j’étais infirmière. Si jamais vous changez d’avis. »

Elle se dit que c’était la moindre des choses après tout. Et au moins, elle se sentirait un peu utile. Le viking se leva et passa devant eux pour se rendre sur le palier. C’était à son tour à présent. Elle se laissa guider, ferma les yeux au moment de traverser.

Elle ne savait pas vraiment à quoi elle s’attendait: des éclairs ? Des sensations étranges dans tout le corps ? Que l’appartement disparaisse à tout jamais ? Qu’elle-même disparaisse ? Mais non. Elle ouvrit les yeux, et il ne s’était absolument rien passé. Lorsqu’elle se retourna, l’appartement était toujours là. Et elle était dehors.
Elle ressentit un soulagement immense sur le moment, mais immédiatement après un grand désarroi. Et maintenant ? Elle avait l’impression de ne plus rien avoir. Plus d’ancrage, plus de vie. Plus de but. Ni de refuge. Elle ne s’était jamais sentie si vulnérable, et sans les deux hommes qui se trouvaient à ses côtés, elle aurait volontiers fait demi-tour. Ce n’était peut-être pas le refuge idéal, mais c’était son refuge à elle.
Lorsqu’Elkan lui dit qu’elle était un fantôme libre, elle le regarda sans savoir quoi répondre. Ça ne voulait pas dire grand chose pour elle. Et elle ne savait pas si c’était une bonne ou une mauvaise chose.

Elle les suivit, reprenant peu à peu courage en voyant qu’ils se dirigeaient vers la benne à ordures. Elle sursauta presque en voyant le couple Petit dans le hall d’entrée, même s’il était logique qu’ils soient encore là. Elle leur en voulait toujours d’avoir jeté ses affaires, comme si elle n’était rien du tout. Même si pour eux, elle n’était sans doute rien du tout. Elle cessa de les observer et se tourna vers Jude, tandis qu’Elkan leur parlait.

« Les ordures sont derrière cette porte »
, porte qu’elle indiqua en la pointant du doigt. « C’est une boîte en bois. »

Avec des photos, des lettres, des objets qui leur avaient appartenu et auxquels elle tenait. Elle en avait besoin. Elle se sentait comme appelée par elle. C’était peut-être stupide, mais elle voulait la récupérer, par-dessus tout.

Malheureusement pour elle, Bernard, qu’elle s’était efforcée d’ignorer jusqu’à présent, semblait avoir envie de lui faire la conversation et de lui tenir compagnie.

« Jeune fille, si je peux vous donnez un conseil, vous ne devriez pas trainer avec ces deux là. Vous avez l’air plutôt bien élevée, ce sont de mauvaises influences. »

Coraline faisait son possible pour ne pas regarder Bernard, ce qui était atrocement difficile alors qu’il gesticulait comme un dément autour d’elle. N’y tenant plus, elle se lança à la suite des deux autres.

« Attendez, je viens avec vous ! »

 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Jeu 5 Juil - 17:31

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

La fille te prend le bras et décide de te suivre. De suivre l'idée d'Elkan. D'aller dans les poubelles. Tu vas le tuer. L'écorcher vif et le laisser pourrir dans un trou. Dans les bennes, tiens ! Mais en attendant, tu lui lances un regard victorieux alors que son charmant coup de cœur du moment décide de s'agripper à ton bras. A toi. T'as la rancune facile, surtout lorsque tu te représentes coincé dans les ordures des petits vieux du quartier. Et les riches sont parfois bien plus immondes qu'on ne le pense. Et pendant ce temps-là, Bernard psalmodie. Cause toujours, Bernard. Tu tournes la tête sur le côté et adresse un doux sourire au spectre. Cette pauvre âme ne connaît votre coutume habituelle et n'a pas besoin de subir vos humeurs facétieuses. La jeune femme s'accroche et tu sens la morsure glaciale de ses doigts paralyser ton bras. Tes biceps se tendent, tes lèvres s'étirent en un sourire de plus en plus douloureux et tu te retrouves finalement de l'autre côté du pallier, la jeune femme sur ton sillage. Elkan t'arrache les mots de la bouche en déclarant au fantôme qu'elle est libre.

Et toi, t'en profites aussitôt pour rendre son bras à la jeune femme, hâtif de te débarrasser de la sensation de brûlure polaire sur ton derme. Coraline vous  indique le chemin jusqu'aux bennes, non loin du fameux couple de petits vieux vénales. Sans surprise, les deux grands-parents vous lancent des regards peu amènent. Surtout après le discours d'Elkan. Toi, ça t'amuse presque, de voir leurs gueules fripées et contrites. Mais ta moue s’assombrit dès que tu tournes le menton vers la porte indiquée par Coraline.

« -Bon... Alors euh... A toi l'honneur mon grand !» que tu clames en frappant le dos de ton collègue.

Courage, fuyons. Voici ta nouvelle politique. Tu lui lances un immense sourire en lui ouvrant galamment la porte. Parce que c'était son idée. C'est son petit honneur bien à lui. Et tu insistes bien d'un petit coup mèche sautillante vers le local, les effluves ordurières pourrissant déjà vos naseaux. Et hop, un petit coup de sourcils qui tressautent et t'attends ton tour avant de le suivre, prêt à refermer la porte. Jusqu'à ce que la pauvre Coraline, acculée par cet infernal vioc de Bernard, ne vienne vers vous en courant. Tu lui ouvres la porte, avisant le vieil ectoplasme marcher vers vous à vive allure. Ses bijoux se balancent de gauche à droite et la vision d'horreur te fait lâcher l'épaisse porte. Qu'il traversera probablement sans aucun problème. Tu fais la moue, avise la brune suivre Elkan et observe la fameuse porte. Ca va faire mal, mais rien qu'un petit moment pour éviter Bernard vous permettra de souffler. Alors tu retires ton pendentif, priant pour qu'un fantôme du niveau de Bernard puisse se retrouver bloqué par la magie du collier. Ton prénom explose dans l'air et tu fais demi-tour avec pressement, beuglant un « Oui oui, j'arrive ! » faussement empressée.

Et au vu du bruit de choc contre la porte suivit d'un « Ingrats ! » , Bernard se l'est prise de plein fouet.

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Jeu 19 Juil - 6:07

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
Ouais, à lui l'honneur. Il accueil la tape de son associé d'un sourire crispé. Youpi. Il allait se plonger dans les ordures pour récupérer une boîte en bois. Lui et ses idées d'enfer, sérieusement. Le nécromant soupir et passe devant Judicaël puisque ce dernier lui ouvre galamment la porte. C'est surtout une parade pour ne pas avoir à se jeter en premier dans les ordures. C'est bon, Elkan a bien compris que c'est lui qui serait de corvée. Mais en échange, il espère bien se faire soigner par l'infirmière défunte.  

Une fois dans le local le viking se rend compte de sa solitude. Un coup d’œil à gauche. Un coup d’œil à droite. Ils sont passés où? C'est en jetant un regard par dessus son épaule qu'il voit son associé tenir la porte à Coraline. C'est gentil mais elle est capable de passer à travers, donc sa galanterie, Jude, il peut se la garder, hein. Agacé, il interpelle son associé, histoire qu'il se bouge le cul. Elkan n'est même pas dans la benne qu'il est déjà agressé par la puanteur ambiante. La première fois, il semble ne rien entendre alors le nécromant s'impatiente.

— Jude!

Il se prend un "oui oui" dans la gueule... en parlant de gueule, il croit entendre le bruit de quelqu'un qui se mange une porte en pleine poire suit de prêt par "ingrats". Le géant blond glisse ses claires prunelles sur Judicaël, se mordant la langue pour ne pas partir dans un fou rire peu professionnel. Le pire c'est qu'il continue de l'entendre, Bernard. Plus il râle et plus il est difficile pour Elkan de se concentrer. Il se racla la gorge, histoire de se donner un peu de contenance et se recentre sur Coraline. Son regard rieur se pose sur la défunte.

— On va tâcher d’œuvrer rapidement.

Et étrangement, de se rappeler qu'il allait devoir se vautrer dans les ordures, ça calme ses envie de rire. Alors il se frotte les mains contre son pantalon avant de retirer sa veste de tailleur. Elkan est du genre soigneux avec ses affaires, sans pour autant être un maniaque de la propreté comme Basile. Toutefois, il ne s'achète pas des costumes hors de prix pour ainsi les souiller. Alors il plie son vêtement qu'il tend à la magnifique Coraline. Si elle a été capable de pointer un couteau sur Judicaël et d'asperger le nécromant à l'aide d'un insecticide, alors elle peut bien lui surveiller sa veste.  

— Je vous la confie.

Il est important de noter la manière dont l'intonation de sa voix change lorsqu'il s'adresse à elle. Il se montre doux, prévenant et avouons-le, un peu charmeur. Le contraste se fait énorme lorsqu'il se tourne vers Judicaël tout en remontant les manches de sa chemise.

— Tu me rejoins juste après, hein.

Suspicieux quant à son collègue, il prend appuie sur la benne et se hisse pour pouvoir se faufiler à l'intérieur. Bordel. Il aimerait tellement être un vampire pour ne plus avoir à respirer. L'odeur est nauséabonde mais certainement moins que les nombreux cadavres en décomposition qu'il a vu au cours de sa vie. Une fois dans la benne, il intime Jude à le rejoindre d'un geste de la tête. "Viens on est bien... promis...".
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Ven 20 Juil - 23:27

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Coraline avait beaucoup s’être toujours considérée comme une personne plutôt compatissante, en ce qui concernait le fameux Bernard, c’était une autre paire de manche. Elle aurait dû être heureuse pourtant, de rencontrer enfin quelqu’un qui avait vécu une expérience similaire à la sienne. Mais elle avait beau savoir faire preuve d’imagination, elle ne se sentait rien de commun avec ce vieillard tout nu qui semblait ne plus avoir toute sa tête. Enfin, si on pouvait parler ainsi pour un mort. Elle avait du mal à éprouver de l’empathie, d’autant plus dans la situation dans laquelle elle-même était. En l’espace de même pas une heure, elle était passée de la colère, à la terreur, à l’espoir.

Il n’empêche qu’elle préférait amplement aller fouiller elle-même les poubelles plutôt que rester une minute de plus avec cet exhibitionniste qui n’arrêtait pas de lui tourner autour en plus. On peut dire que c’était plutôt traumatisant. Jude lui ouvrit la porte et elle ne se fit pas prier pour le rejoindre. Malheureusement pour elle, Bernard semblait s’obstiner à la suivre, mais sans qu’elle comprenne exactement comment ou pourquoi, il se retrouva coincé à un moment. Elle soupira de soulagement en constatant qu’il n’était plus derrière eux.

L’endroit était particulièrement sinistre, ce qui n’était guère étonnant pour un local à poubelles d’immeuble. Néanmoins, après avoir vécu près d’un an entre les mêmes murs, tout lui paraissait presque exotique. Elle commençait à peine à réaliser qu’elle était dehors. Quelque chose en elle n’avait pas non plus vraiment envie d’y penser en fait. C’était une sensation à la fois enivrante et terrifiante. Elle réalisa, avec un pincement au coeur, qu’elle n’avait pas pensé une fois à Sam depuis un petit moment. Elle se sentait plus loin de lui que jamais.

Ils rejoignirent Elkan, qui était déjà arrivé près des bennes à ordures. Si elle ne s’était pas sentie dans un tel état de tensions et d’émotions, elle aurait peut-être pu remarquer qu’il se montrait peut-être un peu trop charmeur au vu des circonstances. Elle était seulement émerveillée par le fait de pouvoir parler à quelqu’un, et d’entendre une réponse en retour. Elle profitait de cette bienveillance qui lui était adressée. On voulait l’aider. Elle ne savait pas qui ils étaient, mais elle pouvait compter sur ces deux hommes. Elle lui répondit par un sourire.

« Merci beaucoup. »

Bon elle se sentait peut-être un peu coupable de les pousser à fouiller dans les ordures, mais elle avait tant d’espoir de retrouver ses maigres possessions que la culpabilité n’était pas si présente que ça. Elle attrapa la veste d’Elkan avec précaution. Pour le coup, en ce qui concernait l’agression à coup d’insecticide, elle se sentait peut-être un peu coupable en revanche.

Elle les regardait tous les deux et elle songeait à quel point la situation était surréaliste. Elle se trouvait dans le local à ordures avec deux hommes qu’elle ne connaissait pas et qui semblaient trouver tout à fait normal de parler aux revenants. Ils étaient aussi à l’aise que s’ils avaient discuté de la pluie et du beau temps avec leurs voisins.

« Et sinon euh… vous faites ça souvent ? Je veux dire, aider des fantômes… Il ne doit pas y en avoir tant que ça… si ? »

Ca faisait si longtemps qu’elle n’avait pas eu de conversation avec quelqu’un qu’elle se sentait aussi déstabilisée qu’un enfant qui apprend à marcher. Sans compter que le sujet était assez neuf pour elle. Un an auparavant, jamais elle n’aurait cru un seul instant à l’existence des fantômes.
 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Mar 7 Aoû - 18:23

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

Tu reviens sur tes pas, ta gueule mi-grimaçante, mi-hilare s'affichant au grand jour. Ou plutôt aux poubelles. Un coup d’œil à ton collègue et le rire te menace aussi sec. Par conscience professionnelle, vous fermez vos gueules tordues pour ne pas vous marrer aux dépends du « pauvre » Bernard. Mais dès que l'effluve du fumier ordurier t’envahit les naseaux, c'est la grimace qui l'emporte.

« - Eh merde, que tu jures entre tes dents, tout penaud.

Elkan joue les galants et confie sa précieuse veste à Coraline. Il l'a prise pour quoi, son porte-manteau ? Tu lèves les yeux au ciel et soupire longuement, sans inspirer. Question de survie. Elkan lance clairement ses plus gros signaux de détresse. Regard de tombeur. Alerte. Alerte. T'adresses un clin d’œil à la petite femme en la dépassant vivement pour aller rejoindre le viking. Quand faut y aller, faut y aller. Inutile de chipoter. Tu retrousses les manches de ta chemise et lance un regard au blond, t'approchant pour lui murmurer quelques douces paroles que lui seul pourra entendre :

- Non mais j'peux savoir ce qui t'a pris ?!

Tu lances tes azures en direction de Coraline pour lui lancer un sourire avenant. Avant de fusiller à nouveau Elkan d'un regard moribond. Tu fais la moue, plisse les narines et hausse un sourcil en entendant la question de la brune. Le raclement de gorge ne se fait pas attendre alors que tu baisses les yeux vers... Des revues pornographiques toutes collantes. Tu veux même pas savoir si c'est le jus de décomposition des légumes à côté ou autre chose.

- Bah... Pour tout vous dire... En fait, y en a par millier. Toute une population, même. Certains esprits restent parfois sur terre pendant des années, voir des siècles.

Mais intitule de préciser que ceux-ci sont les plus nocifs et dangereux. Toujours en cherchant la boite en poussant les détritus avec tes pieds, tu lui lances une nouvelle œillade avant de relancer la conversation :

- Et vous ? Vous envoyez souvent les hommes fouiller vos poubelles ? »

Tu lui adresses un sourire et un clin d’œil pour lui faire comprendre que tu plaisantes. Par automatisme, tes iris filent droit vers un Elkan soudainement très tendu. Ah, tu le savais ! Ce gros couillon en pince sévère pour Gasperette. Non mais quel imbécile !

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Elkan J. Devos
avatar
Nécromancien et sexy





Date d'inscription : 16/06/2018

Messages : 29

Age du personnage : 34 ans.

Pouvoir : Parler et voir les morts. Relever les cadavres. Jeteurs de sorts.

Métier : Associé principal de l'agence Llyod&Devos Investigation. Ouais, il travail dans une agence de détective privé, spécialisée dans le paranormal.



Avatar : Alexander Skarsgard


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Dim 12 Aoû - 6:36

Raise the dead
feat Coraline Price & Judicaël L. Austen
Quelle mouche a bien pu piquer notre nécromancien, sérieusement? Lui, d'ordinaire si propre sur lui et peu à l'écoute des défunts... Pourquoi donc se jeter ainsi, chaussures en premiers dans une benne à ordure? Pour les beaux yeux d'une femme, voyons! Si Elkan a pour habitude de compartimenter sa vie professionnelle et sa vie privée, il n'y a aucun mal à succomber aux yeux de biche d'une demoiselle en détresse... même si cette dernière est trépassée. Alors à la question de son collègue, le viking affiche de sourire en coin et chuchotte...

— C'est notre job, tu sais, aider les morts.

Et il n'a aucun mal à ignorer les regards assassins de Jude. Surtout lorsque Coraline les remercie. Le géant se redresse pleinement, tout du moins du mieux qu'il le peut, un sourire con au visage et ses claires prunelles visées sur la défunte. L'air de rien, il se gratte l'arrière du crâne.

— De rien.

Comprenant que rien qu'avec ça, Jude va avoir de quoi le charrier un moment, le viking se ressaisi et reprend la chasse aux trésors au milieu des ordures. Dégoûté, il remarque les magasines cochons un peu trop collant. Même pas en rêve, il ne compte s'aventurer par là. Essayant d'occulter l'air devenu irrespirable par tant de puanteurs, il fouille dans l'espoir de trouver rapidement la boîte. Quant à la question de Coraline sur les morts, il lâche un soupir et laisse Jude répondre à la question. Malheureusement si, il y'en a à la pelle. Tout à ses recherches, Elkan se tourne rapidement vers son collègue pour le surprendre à envoyer une oeillade à la fantôme.

Pfff.

Il roule des yeux et, son corps étrangement tendu, il continue de chercher. Ce ne sont pas les répliques cinglantes et ironiques qui lui manquent dans l'immédiat... mais Basile tente de lui apprendre un truc : si t'as rien de gentil à dire, ne dis rien. Ou encore : tourne sept fois ta langue dans ta bouche avant de causer. Alors le sorcier prend sur lui. Sauf qu'en attendant, ils ne sont pas là pour draguer. Puis... Elkan l'a vu en premier, d'abord... avant de se retrouver aveuglé à coup d'insecticide.

Il éventre plusieurs sacs poubelles, jusqu'à ce que ses yeux accrochent sur un truc ressemblant à une boîte. Son cœur empli d'espoir, il l'attrape et l'examine rapidement du regard avant de la tendre en direction de Coraline. En son fort intérieur, c'est plus fort que lui, il jette un coup d’œil vers Jude en se disant qu'il vient à l'instant de marquer un point en l'ayant trouver en premier.

— Vous la reconnaissez, c'est votre boîte?

Pitié... il espère tant que ça soit cette boîte. Il en a marre de patauger dans les détritus... ça va ruiner sa paire de chaussure en cuir qui, précisons-le, coûte une fortune. Car monsieur n'achète que de la marque, des trucs qu'il qualifie de qualité... un homme d'affaire efficace sait soigner son image. Sauf que là, son image, elle prend chère.

 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Coraline Price
avatar
Le fantôme au foyer





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 237

Age du personnage : 30 ans tout juste au moment de sa mort

Pouvoir : Téléportation, télékinésie, possession

Métier : Ancienne infirmière, aujourd'hui hante sa maison



Avatar : Dominique Provost-Chalkley

Localisation : Sa maison


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Lun 13 Aoû - 13:01

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Judicaël L. Austen

Dans d’autres circonstances, elle se serait sentie bien plus coupable de les faire fouiller dans les poubelles. Elle l’aurait peut-être fait elle-même d’ailleurs. Mais elle était si anxieuse de retrouver ses affaires qu’elle n’y pensait même pas en fait. Elle avait cette impression que si elle ne les retrouvait pas, elle allait disparaitre. Mourir une seconde fois. Qu’elle ne serait plus rien. C’était certainement absurde, mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. Il fallait qu’elle récupère cette boite.
Ils semblaient se parler entre eux, mais elle était bien incapable de comprendre ce qu’ils se disaient. Et ne s’en inquiétait pas encore. La réponse de Jude à sa question était, en revanche, bien plus préoccupante.

« Des siècles ?? »

Elle songea à ce que ce serait d’errer sur cette planète pendant des siècles. Voir le monde changer, les gens qu’elle connaissait grandir et mourir, sans jamais pouvoir prendre part aux événements.

« Et la lumière blanche, le paradis ou l’au-delà… Ca existe quand même ? »

Parce que si c’était le cas, elle se demandait bien ce qu’elle faisait là. Elle n’était peut-être pas une sainte, mais elle n’avait jamais tué personne non plus. Elle faisait partie de ces gens normaux, qui tentaient de faire de leur mieux. Elle ne pensait avoir rien fait qui justifie d’être exclue d’un quelconque paradis.
La question de Jude eut au moins le mérite de la faire sourire et de la tirer de ses sombres pensées.

« Oh oui, c’est mon activité principale. »

Elle réalisa que c’était la première fois depuis longtemps qu’elle faisait de l’humour. Elle eut l’impression de retrouver un petit semblant d’elle-même. Et ça faisait un bien fou.

C’est alors qu’Elkan sembla avoir trouvé quelque chose. Il sortit la main de la benne, brandissant une boîte en bois, qu’elle reconnut immédiatement comme étant la sienne. Aussitôt, son regard s’illumina.

« Oui c’est bien ça ! »

Elle s’approcha du viking et lui tendit sa veste afin de pouvoir s’emparer de son coffret. Elle l’ouvrit et son regard s’arrêta sur les photographies, et quelques objets qui lui avaient appartenu et qu’elle avait pu sauver.

« Merci. »

Elle se sentait bizarrement émue. Elle avait l’impression d’avoir enfin retrouvé sa planche de secours. C’était absurde de compter autant sur des objets, des objets sans la moindre valeur marchande. Mais pourtant il lui semblait qu’ils étaient indispensables à sa survie. Elle referma la boite et les regarda tous deux, tour à tour.

« Et maintenant ? Que va-t-il se passer ? »

Elle réalisa qu’elle n’avait pas envie qu’ils partent. Elle aurait été prête à les supplier pour qu’ils ne la laissent pas toute seule. Elle ne faisait même plus attention aux vociférations lointaines de Bernard, qu’on pouvait percevoir en tendant l’oreille.
 


_________________


Stop, I'm already dead
A spirit climbs my spine to the brain, following the rail-road tracks down again. I needed space with soul, maybe we can die there (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Judicaël L. Austen
avatar
Médium trop sexy pour toi





Date d'inscription : 15/06/2018

Messages : 514

Age du personnage : 30 goûtes d'eau d'un vase déjà trop plein.

Pouvoir : Médiumnité - Contact avec les esprits - exorcisme - paralysie temporaire et extrêmement limitée.

Métier : Supporter ma moitiée blonde et sauver le cul des pas doué-e-s.



Avatar : Armie Hammer

Localisation : Dans ta mère. (Ou ton père.)

Mood : Pathos


MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   Lun 27 Aoû - 12:06

Raise the dead
feat Elkan J. Devos & Coraline Price

Il ose faire l'innocent, l'enfoiré ! Tu gardes ta rancœur pour toi pour le moment et continue de fouiller tout en répondant aux questions de la brune. Plus les minutes passent et plus elle t'inquiète, à vrai dire. Mais les questions habituelles commencent à fuser et tes orbes polaires valsent d'Elkan à Coraline.

« - Euh, eh bien... On sait qu'il existe différentes dimensions. Il y en a des infernales alors, j'imagine qu'on en a des « paradisiaques », en quelque sorte ?

C'est pas que tu voudrais éviter les discussions philosophiques à base de pensées pseudo-freudiennes, mais un peu quand même. T'as vu assez de choses bizarres pour être encore plus embrouillé que le plus néophyte des démonologues. A ta petite boutades, le fantôme semble retrouver le sourire. Ca a beau agacer Elkan, toi, tu fais ton job et t'as la conscience plus tranquille. C'est bien la première fois que ton collègue te casse autant les pieds avec aussi peu de professionnalisme. Il se contient, mais l'attitude du nécromant est clairement à l'opposée de ses principes habituels. Finalement, ce dernier trouve la boite. A ton grand soulagement, il n'en perd pas pour autant son flaire malgré le miasme pourrissant des ordures sous vos semelles. Ni une ni deux, tu sors immédiatement de la benne, tout en avisant tes semelles et l'ourlet de ton jean. La moue dépité, tu adresses finalement un regard navré à Coraline.

Et à sa joie éphémère qui vient de fondre comme neige au soleil.

Il n'est pas bien difficile de deviner le cheminement de ses songes. C'est comme si la question fatidique s'était matérialisé au-dessus de sa
caboche ectoplasmique. Et puis maintenant ? Normalement, à ce stade, la plupart des esprits les plus faciles à gérer s'en vont. Vers d'autres dimensions, paradisiaques ou non. Tes mirettes claires s'attardent un instant sur la brune, puis vers Elkan.

Tu sens le problème poindre.


- Êtes-vous certaine d'avoir accomplie votre dernière volonté ? Tu demandes en fronçant les sourcils.

Tu renifles, croisant les bras en mordillant ta lippes inférieure.

- Coraline, vous avez le choix à présent. Vous ne devriez même pas être ici, avec nous. Quelque chose doit vous retenir, vous avez la boite, certes, mais quand est-il de son contenu ? Vous avez dit attendre quelqu'un ?

C'est probablement ça, le problème. Les fantômes qui zonent dans le coin sont souvent ceux qui attendent encore quelque chose de la vie. Foutue ironie. Dans le cas de Coraline, ce quelque chose avait probablement deux jambes et un corps encore bien vivant.

- Si c'est le cas, alors nous nous devons de le retrouver pour vous. »

Aider un fantôme aussi adorable que Coraline n'est clairement pas dans vos habitudes, mais farfouiller dans le passé d'un mort, bien plus. Pour une fois, ça ne te pose aucun problèmes de passer autant de temps avec un mort. Malgré la froideur de l'air et la potentielle crise qui pourrait te menacer à force de trop la côtoyer. Elkan, dans son état normal, t'aurait sûrement hurlé dessus en réalisant ce que tu comptes faire. Sera-t-il aussi réticent cette fois ? Tu lui lances un regard, mi-navré, mi-soupçonneux, avant de lâcher ta petite bombe.

P'tite tête va te faire la tête au carré, c'est certain.

- Vous pouvez venir dans notre agence en attendant, ces petits vieux sont imbuvables et ils ne peuvent même pas profiter de votre présence comme il se doit. Nous, si. Et il se trouve que notre agence est aussi un hôtel. »

T'hausses les épaules. C'est à elle de décider. Et tu n'as protégé que ta chambre contre les esprits. Il ne sera pas difficile pour elle d'y pénétrer. Elkan pourra te fustiger plus tard pour avoir pris cette décision sans le concerter. Mais quelque chose te dit que pour cette fois, il passera très facilement l'éponge.

Un ange passe.

- Moi aussi je peux venir ? »

T'as failli oublier ce salop de Bernard toujours coincé derrière la porte.

 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Raise the dead - ft Coraline et Jude   

Revenir en haut Aller en bas
 
Raise the dead - ft Coraline et Jude
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Oh-dead: une baguette magique?
» Vends 8 tomes du Comic "Walking Dead"
» Dead Island
» [X-trem Zombi Hunter] Good dead or evil dead ? (10 juillet 2010)
» Walking Dead

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: Bienvenue dans la ville de Lyon :: 6ème arrondissement-
Sauter vers: