crazy for you (Amalaki)
Hop hop, le rythme va à nouveau ralentir du côté des admin, petit rappel avec ce sujet :Ralentissement staffien

Partagez
 

 crazy for you (Amalaki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malaki Kaito
- Malaki Kaito -
Date d'inscription : 13/01/2019
Messages : 59
Age du personnage : trente six ans
Pouvoir : quelques touches de magie pour le rendre plus intéressant, son pouvoir principal c'est le savoir qu'il se porte partout avec lui, et sa capacité à s'faire passer pour plus puéril qu'il ne l'est
Mon boulet : pour l'moment aucune assignée, mais bientôt peut être
Métier : Observateur, dans son temps perdu - professeur d'arts martiaux, de yoga et de danse le reste du temps (pour preuve qu'il tient pas en place)
crazy for you (Amalaki) Tenor

Avatar : Harry Shum Jr.
Localisation : Dans un studio de danse, où il donne ses cours
Mood : Toujours avec c'foutu sourire sur la tronche

crazy for you (Amalaki) Empty
MessageSujet: crazy for you (Amalaki)  crazy for you (Amalaki) Time-m10Lun 21 Jan - 1:00

Yoga is magic !
@Amaoka Masamune
Tu t'mets à rire, tu ris si fort que tu te retournes pour voir d'où vient le bruit - ca t'semble improbable qu'il sorte de ta bouche tant il résonne dans ta tête. Puis tu t'rends compte qu'il se trouve que toi pour rire, les autres tables sont entourés de personnes se contentant de discuter ou de fixer le vide. L'ennuie résonne aussi fort que tes histoires à dormir debout - t'es auprès d'un type dont t'as oublié le nuit, qui t'offres verre sur verre depuis le début de la soirée. Ou pas tant - t'es sorti des cours de Yoga pour venir dans le nouveau bar du 4e arrondissement. Ou s'il n'est pas neuf, il l'est pour toi - faut dire que tu connais pas grand chose de Lyon encore. Tu prends à peine le temps de sortir seul, préférant largement la présence de Savannah pour parcourir la citée.
Mais elle t'a lâché, t'en voulant de lui imposer la présence d'un Chinchilla chez vous. T'as pas demandé à ta délicieuse colocataire - et optionnellement presque soeur - avant de ramener la création que tu as retrouvé blessée et grelottante dans un parc en rentrant d'une soirée semblable à celle-ci.

Tu aurais pu la prévenir. C'est vrai. Tu aurais pu - mais c'pas dans ton tempérament de réfléchir avant d'agir ou de demander la permission. Plutôt demander pardon que la permission - vraiment, t'as pas oublié l'adage, et tu t'y accroches comme si c'était une vérité absolue. Peut être que tu n'devrais pas être aussi catégorique. Peut être.
Nouvelle histoire, nouveau éclat de rire. « Je t'offre un dernier verre ? » Oui - oui, pourquoi pas. Tu opines juste, avant de voir l'autre se lever pour aller vous cherchez encore à boire, et que tu t'lèves aussi. Pour - pour tu sais pas. Tu sais que tu dois sortir, la tête te tournant sans aucune idée pour te raccrocher à la réalité. Tu veux soudainement sortir - faut dire que la nuit est encore jeune, touchant pas encore neuf heures, et t'as faim. C'est peut être pour cela que tu disparais en oubliant l'type que tu laisse comme un blaireau.

Peut être - puis une fois que t'es dehors, tu te mets à la recherche d'un truc qui te fait envie. Aussi. Puis - puis tu regards pas où tu marches, avant de rentrer dans la gueule de quelqu'un, te mettant à grogner en te tenant le visage comme si t'avais frappé un mur. « Z'êtes sacrément dur. » Commentes-tu avant de te retrouve nez à nez avec un visage qui t'semble familier. « Tiens, z'êtes japonais ? Et mignon, c'est plutôt chouette. En vrai vous m'faites penser à quelqu'un - attendez, attendez. » Tu fais signe de la main de rien dire, bien décidé à devoir trouver tout seul dans les souvenirs qui te tournent enfin dans le crâne, le nom qui t'échappe aussi bien que la logique. « C'tait un presque frère - j'pourrais dire meilleur ami mais parait que la distance ca distance le coeur. Loin des yeux loin du coeur - ouais c'est ca qu'on dit. Mais j'crois pas pouvoir le tenir loin de mon coeur, parce qu'il en était un gros morceau - vous avez ses yeux, et son nez aussi, et ses pommettes - z'êtes foutrement ressemblant. Amaoka - il s'nommait. Pardon, j'voulais pas vous poussez, j'ai un brin bu. J'pas bourré - si un peu - mais vraiment... » Tu t'arrêtes, et fixe l'inconnu - pas si inconnu - avec des larmes qui t'montent aux yeux.

Tes yeux qui sont maquillés, s'mettent à baver de paillettes, et de noirs. T'as une tenue qui ressemble plus à grand chose parce que t'as pas cessé de bouger, gigoter, et discuté - oubliant d'être bien présenté. T'as un pantalon rouge déchiré aux genoux, et un t-shirt au motif abstrait, surmonté d'une veste de matelot. T'as peut être changé un peu d'puis la dernière fois que t'as vu ton meilleur ami - mais surtout la dernière fois t'avais pas une goutte d'alcool dans l'sang, alors que là c'est comme si tu avais avalé un tonneau, et Amaoka l'sait mieux que quiconque : l'alcool t'sais pas le tenir.




_________________


i can't live without you et je cherche dans la brume à retrouver ton image. A apprendre ton visage, à connaitre ton nom. A aimer, finalement, la sensation de bonheur qui donne à la vie tout son sens.
Revenir en haut Aller en bas
Amaoka Masamune
- Amaoka Masamune -
MODERATEUR
Date d'inscription : 18/01/2019
Messages : 128
Age du personnage : 35 ans.
Pouvoir : Celui d'être badass ?
Mon boulet : Alice Forgé.
Métier : Observateur & libraire.
crazy for you (Amalaki) Tumblr_o19mt5iIdj1qly3wvo2_500

Avatar : godfrey gao
Localisation : lyon, sans aucun doute.
Mood : trop hautain pour toi.

crazy for you (Amalaki) Empty
MessageSujet: Re: crazy for you (Amalaki)  crazy for you (Amalaki) Time-m10Lun 28 Jan - 14:32

Crazy for you
feat Malaki


Il a bien des vices, ce cerbère aux traits durs, au regard acéré, bien des vices pas très bien cachés, d'ailleurs. Cigarettes, parfois, tubes de mort nicotique, souffle de cendres pour une vie qui parfois en a également la couleur. L'alcool également, enseigné par son père et son oncle, l'art de boire sans restriction, avec classe, sans l'ivresse à laquelle il aspire, l'oubli, le vide, ne serait-ce qu'un instant. Les doigts serrés sur un cylindre blanc, tout accoudé au bar, il observe le reflet dans la glace qui lui renvoie un inconnu dans les lumières de ce bouiboui français. Mais cette nuit-là, il ne peut que songer à ce qu'il a perdu, ce qu'il a gagné, vainement. L'âme aux tourments, comme un loup qui se roule et se vautre dans son autoaffliction. Il secoue la tête, avale un dernier verre, laisse derrière lui une liasse de billets et va retrouver le vent frais nocturne pour lui remettre les idées en place. Non pas qu'il doive voir Alice, mais il préfère éviter de devenir une proie facile. Quand bien même son corps entraîné depuis sa plus tendre enfance saurait faire le boulot tout seul, sans le cerveau aux commandes.

Marcher, il a toujours aimé ça. La chaleur dans les muscles, la tension dans le dos, l'air sur les traits qui s'addoucissent un peu. Les poumons qui brûlent dans l'air glacé.
Et les inconnus qui vous rentrent dedans.

Stflgr ? grogne t-il, ou plutôt bégaye t-il, surpris, le corps déjà en position au cas où cela se révélerait une attaque. Mais ce n'est qu'un humain.
Et pas n'importe lequel.
Un Malaki sauvage et ivre apparaît !

Amaoka l'écoute parler avec une tête de dix pieds de longs, entre rire étouffé et surprise agréable. Malaki a été un de ses plus précieux amis du temps de l'école des observateurs. Le rencontrer ici ne devrait pas le surprendre autant - n'est-on pas sur la Bouche de l'Enfer ? Mais Ama ne peut empêcher son coeur de s'emballer à tous ces souvenirs qui resurgissent devant ce visage familier, connu, aimé.
Bon, certes, sa vêture est froissée, son maquillage coule, il a l'air passablement bourré. Amaoka soupire et l'aide à tenir debout, maintenant son équilibre grâce à sa haute stature. L'air frais et la surprise ont chassé tout l'alcool de son esprit brumeux, et c'est frais comme tout qu'il entreprend de remettre les idées en place à son meilleur ami.

Incroyable, ça, que je sois le sosie de ce meilleur ami. Il  devait vraiment être beau, et fort, et merveilleux, hein ? qu'il plaisante, en remettant de l'ordre comme il peut dans les vêtements de Malaki. A moins que ce ne soit ça, sa dernière mode ? Le japonais ne compte plus les années qui les ont séparées, à présent. De Malaki, de toute la bande. Crève-coeur. Haaa, Malaki, tu n'as jamais tenu l'alcool, qu'est-ce qu'il te prend de te rendre ivre à ce point ? Allons, bois-moi ça qu'il ordonne en tendant une gourde. De l'eau, de la simple eau. Bon, bénite, mais on ne dira rien. Ca se boit, après tout. Tu as manqué à ton bon vieil Amaoka, en tout cas ... Allez, viens, marchons un peu, ça va te faire du bien, ça nous fera du bien. Il entraîne déjà son ami, bras dessus bras dessous.
Oui, il lui a manqué.
Il ne s'en était peut-être pas rendu compte, mais à présent c'est comme une évidence.



_________________
danse macabre
Revenir en haut Aller en bas
 
crazy for you (Amalaki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» -Mister-Crazy- ?
» La communauté
» Joueur sur Lyon et alentours! Appel aux armes!
» Deux têtes valent mieux qu'une...
» Lazy confessions, crazy intentions | Adriel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: -Bienvenue dans la ville de Lyon- :: 4ème arrondissement :: Rues & commerces-
Sauter vers: