mission impossible (Raegan & Malaki)
Hop hop, le rythme va à nouveau ralentir du côté des admin, petit rappel avec ce sujet :Ralentissement staffien

Partagez
 

 mission impossible (Raegan & Malaki)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Malaki Kaito
- Malaki Kaito -
Date d'inscription : 13/01/2019
Messages : 59
Age du personnage : trente six ans
Pouvoir : quelques touches de magie pour le rendre plus intéressant, son pouvoir principal c'est le savoir qu'il se porte partout avec lui, et sa capacité à s'faire passer pour plus puéril qu'il ne l'est
Mon boulet : pour l'moment aucune assignée, mais bientôt peut être
Métier : Observateur, dans son temps perdu - professeur d'arts martiaux, de yoga et de danse le reste du temps (pour preuve qu'il tient pas en place)
mission impossible (Raegan & Malaki) Tenor

Avatar : Harry Shum Jr.
Localisation : Dans un studio de danse, où il donne ses cours
Mood : Toujours avec c'foutu sourire sur la tronche

mission impossible (Raegan & Malaki) Empty
MessageSujet: mission impossible (Raegan & Malaki)  mission impossible (Raegan & Malaki) Time-m10Jeu 17 Jan - 21:01

Mission impossible
@Raegan S. Ziegler


T'es un homme en mission. En preuve ta tenue parfaitement adéquate, et qui te fais passer pour un type discret. Ou pas vraiment - pas que tu saches ce que cela signifie d'être discret. Tu vagabondes - en apparence - dans le 9e arrondissement, allant et venant pas très loin du Seven où tu sais que se trouve ta cible. La soirée va toucher à sa fin, et de ce que tu en sais, son service aussi. Tu tiens l'information de son observateur, qui t'a demandé de prendre un thé avec lui (très britannique tout ca, c'est pourquoi t'as préféré un café, parce qu'en France dire juste un café ca permet d'être servi, ce qui te change des Etats-Unis). T'es sans doute trop gentil pour ton propre bien, te trouvant incapable de refuser d'aider un collègue qui se retrouve dépasser par sa potentielle. T'es pas sûre d'être le mieux placé pour t'en charger - parce que c'est récent pour le Conseil de croire que t'es prêt à en prendre une sous ton aile - mais tu sais pas dire non, encore moins quand on décide de te faire confiance. Puis, quand il s'agit de faire ton numéro t'es pas le dernier.

Le cours de tes pensés t'échappe déjà - revenons au début. T'as été surpris de recevoir cet appel, plus encore de te retrouver dans un bistrot lyonnais, à boire un café avec un type que t'as croisé à quelques rares occasions. Il t'a dit être dépassé, par sa potentielle qui sait pas tenir en place et refuse de jouer son rôle de presque-élue. C'est un truc que tu comprends - et tu doutes pas que tu pourrais bien t'entendre avec Raegan. Pensant trop fort, t'as vu le sourire de l'autre illuminer son visage avant qu'il te propose de l'aider - de croiser sa potentielle et de la convaincre qu'elle est faite pour le job. Quelque chose comme ca - ca a finit par toi décidant de l'approcher en toute discrétion, de lui offrir un bout de divertissement, et de l'amener à aimer se battre. Les arts martiaux et la danse sont pas si éloignés - c'est pourquoi tu enseignes les deux, alors t'es peut être le mieux placer pour lui faire entendre qu'ils sont semblables.
Peut être.

C'est pourquoi ce soir t'es ici - fixant d'un oeil la sortie du bar. Tu portes un pantalon de cuir rouge, un haut noir débardeur caché sous une veste immense noire, parsemée de clous - t'as un style parfait, avec tes cheveux en piques dont quelques mèches colorées te rendent plus excentrique. Pas autant que ton maquillage qui est fait de fumée. T'as quelques garçons qui t'offrent de beaux regards, mais tu te laisse pas distraire - t'attends qu'elle sorte, et quand c'est une chose faite tu entres en action. T'as reconnu son visage, grâce à une photo qu'on t'a mis sous le nez plus tôt. Et si tu t'es trompé c'est pas si grave. Tu t'approche, la fixe, ouvre la bouche - et te rends compte que t'as rien trouvé d'intelligent. Alors tu improvises - pour bien commencer. « Whoa. » commences-tu, alors que tu te retrouves devant elle, l'air sans doute idiot avec ta gueule ouverte et rien d'intelligents qui te vient. Puis tu coupes ton cerveau, et lui offre un sourire flamboyant. « Pardonnez moi, juste... vos chaussures sont à tomber. J'ai vu une de mes élèves en porter une paire en cours y a quelques jours, et vraiment j'en viens à regretter d'être un homme quand je vois ca - c'est à crever de jalousie. D'autant que c'est aussi confortable pour marcher que pour danser, ce qui manque pas de charme quand on tient pas en place comme moi. » dis-tu rapidement, ton babillage te rendant sans doute étrange - mais t'assume, la mode c'est une chose que tu peux avoir en sujet de conversation sans problème. « Mais je voulais pas vous embêtez - j'ai pas pu m'en empêcher. »

_________________


i can't live without you et je cherche dans la brume à retrouver ton image. A apprendre ton visage, à connaitre ton nom. A aimer, finalement, la sensation de bonheur qui donne à la vie tout son sens.
Revenir en haut Aller en bas
Raegan S. Ziegler
- Raegan S. Ziegler -
ADMINISTRATRICE
Date d'inscription : 11/06/2018
Messages : 179
Age du personnage : 19 ans.
Pouvoir : Ceux d'une potentielle... mais de vous à moi, je suis d'avantage intéressée par l'idée de chanter et danser que par l'idée de botter des culs et sauver le monde. Okay... sauver le monde c'est important... mais chanter aussi, nah?
Mon boulet : David.
Métier : Serveuse au Seven Devils.
mission impossible (Raegan & Malaki) 180812061510452399

Avatar : Hailee Steinfeld.

mission impossible (Raegan & Malaki) Empty
MessageSujet: Re: mission impossible (Raegan & Malaki)  mission impossible (Raegan & Malaki) Time-m10Dim 20 Jan - 1:30

Mission impossible
feat Malaki

Janvier 2001, dans les rues du 9ème arrondissement

Travailler au Seven Devils c'est vivre dans un autre monde. Un monde de luxure modéré. Un endroit où les créatures de la nuit rôdent et se mêlent aux humains inconscients. Je me sens comme un funambule là-haut, partagée entre mon rôle de potentielle et mon envie de l'ignorer. Dans les deux cas, je suis plongée dans le grand bain du surnaturel. Contradictoire pour moi, la potentielle dédaignant au possible sa nature profonde. Je réfute le monde souterrain mais je travail avec ses représentants. Par chance, Nathaniel offre un service et surtout, une protection impeccable. Je sens constamment l’œil avisé et protecteur du gérant me suivre. L'ombre imposante et furtive de son bras-droit me chaperonner, moi et les autres employées. Aucun dérapage n'est permis. Alors il n'est au final pas étrange que je m'y sente plus en sécurité qu'à l'extérieur. Pourtant Aubrey a insisté pour que je reste jusqu'à la fermeture, histoire de me ramener en voiture. J'ai refusé par politesse puis par orgueil. Je suis grande et parfaitement capable de me défendre seule, avais-je affirmé. Sauf qu'une fois à l'extérieur du Seven Devils, je sens cette boule d'angoisse se coincer dans ma gorge.

Maquillée comme une voiture volée et ma tenue beaucoup trop courte pour la saison, je ressemble à une prostituée. Ce qui fait de moi une cible de choix pour les détraqués sexuels. J'ai bien troqué mes escarpins contre une paire de basket aussi jolie que confortable mais je ressemble toujours autant à une péripatéticienne. Et si jamais il m'arrivait quoi que ce soit j'aurais encore droit à la phrase typique du "t'as vu comment que tu t'habilles, aussi?". A croire qu'une paire de gambette dénudée est à elle seule une invitation au viol. Ouais en cet instant je redoute bien plus les hommes que les monstres. Alors quand je vois un homme s'approcher de moi, je glisse une main à l'intérieur de mon sac à la recherche de ma bombe aux poivres. Je me fige en le sachant si proche et l'observe. Au moindre faux pas, je le gaz et prend la fuite. Mes yeux se plissent, dans l'attente. Il me veut quoi exactement?

— Mes chaussures?

Je murmure plus pour moi-même car je bogue un instant. Puis je baisse mes yeux sur mes baskets. C'est vrai qu'elles sont belles et confortable, en plus. Il parle vite. Plus vite que moi quand je suis en situation de stress. Wow. C'est un record, ça. Mon regard se reporte sur lui et malgré un sourire en coin s'esquisse. Des élèves? Danser? Regretter d'être un homme? Je ris discrètement et j'abaisse ma garde. Ne me sentant plus en danger pour le moment, je me sens un brin plus détendue. Je garde néanmoins ma main à l'intérieur de mon sac car on ne sait jamais.

— Non non, vous ne m'embêtez pas du tout. Au contraire ça fait plaisir. Merci beaucoup. Elles m'ont coûté la peau des fesses mais c'est vrai qu'elles sont vraiment confortable!

Comme pour prouver mes dires, je sautille sur place. Okay, ça ne prouve rien c'est juste bizarre alors j'arrête, gênée de ma propre bêtise. Je suis socialement inadaptée. Finalement ma main se déloge du sac car je juge plus important de remettre en place mes cheveux qui ont ondulés au cours de la soirée. Ce qui m'agace au vu du temps que ça me prend à chaque fois pour les lisser.

— Vous dansez? que je ne peux m'empêcher de demander.

Ma curiosité a été piquée. C'est foutu.

— Parce que moi aussi, pour dire vrai il m'arrive de me produire sur scène, au Seven Devils.

D'un vague geste, je montre l'établissement derrière moi. Je suis totalement enjouée à l'idée de rencontrer un artiste que j'en perd vite ma méfiance. Je m'en rend compte, c'est ça le pire. Mais c'est comme un chien devant une croquette. Il agite la queue, il est content et il se méfie à peine. Quoi que les chiens ont meilleur instinct que moi.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Malaki Kaito
- Malaki Kaito -
Date d'inscription : 13/01/2019
Messages : 59
Age du personnage : trente six ans
Pouvoir : quelques touches de magie pour le rendre plus intéressant, son pouvoir principal c'est le savoir qu'il se porte partout avec lui, et sa capacité à s'faire passer pour plus puéril qu'il ne l'est
Mon boulet : pour l'moment aucune assignée, mais bientôt peut être
Métier : Observateur, dans son temps perdu - professeur d'arts martiaux, de yoga et de danse le reste du temps (pour preuve qu'il tient pas en place)
mission impossible (Raegan & Malaki) Tenor

Avatar : Harry Shum Jr.
Localisation : Dans un studio de danse, où il donne ses cours
Mood : Toujours avec c'foutu sourire sur la tronche

mission impossible (Raegan & Malaki) Empty
MessageSujet: Re: mission impossible (Raegan & Malaki)  mission impossible (Raegan & Malaki) Time-m10Lun 21 Jan - 0:27

Mission impossible
@Raegan S. Ziegler
Y a certaines choses que t'as eut en passion - assez pour que tu passes des nuits, des heures, des semaines à lire des ouvrages ou parcourir internet pour tout apprendre sur ces sujets. T'as commencé par le maquillage au début de ton adolescence, trouvant un plaisir coupable à collectionner les divers produits qui permettaient de rendre ta peau plus brillante - jusqu'à acheter des paillettes de couleur, que t'as aujourd'hui à foison dans ta salle de bain pour t'décorer chaque jour comme une foutue fée d'conte. Puis ca a été la mode - et encore aujourd'hui t'as du mal à résister aux soldes, ou même à chaque occasion que tu as de faire de bonnes affaires. T'es faible - t'y peux rien, t'aime à être toujours bien apprêté, à te mettre en valeur du mieux que tu peux, et surtout à être confortable quand il s'agit de donner tes cours. Que ce soit pour danser, ou faire du yoga - tu ne saurais pas le faire sans style, et t'sais que c'est une chose que tes étudiants apprécient. Tu sais pas porter deux fois la même chose - tu laisses plusieurs semaines espacer tes tenues pour éviter de blaser le reste du monde - et de te blaser toi-même. Ca te fait sourire de te préparer le matin - tu refuses de perdre ce semblant d'excitation quand tu te dévoiles dans le miroir, et te trouve parfait.
Vraiment - il se trouve tant de petits plaisirs dans ta vie.

Alors la mode c'est une bonne approche - qui fait ses preuves malgré la preuve (une fois encore) de ton manque de subtilité. Quitte ou double - elle pourrait se mettre à courir en t'prenant pour un pervers ou un fou à lier. Mais elle reste à te fixer - un instant se fait, puis deux, ou le silence deviendrait presque gênant avant qu'enfin elle t'offre un sourire. « Non non, vous ne m'embêtez pas du tout. Au contraire ça fait plaisir. Merci beaucoup. Elles m'ont coûté la peau des fesses mais c'est vrai qu'elles sont vraiment confortable! » « Faudra m'dire où vous les avez eut. Avec un brin d'chance je peux toujours tenter de m'en trouver, et de faire croire que j'ai un pied de fille. C'pas le cas - je comprends pas pourquoi on trouve pas des pointures en 46 chez les femmes vraiment. » Dis-tu en mimant la reine du drame - bien que chez toi ce soit une attitude naturelle. Assez pour que t'es pas l'air de te forcer à être grandiloquent et désespéré en sachant que cette paire de basket tu saurais pas la trouver pour toi.

« Vous dansez? » Tu opines - t'gardant pour le moment de jouer ta meilleure carte pour l'attirer dans tes filets. Tu en oublierais presque pourquoi tu te trouves là, mais tu te remets sur le droit chemin bien rapidement. « Parce que moi aussi, pour dire vrai il m'arrive de me produire sur scène, au Seven Devils. » « L'Seven Devils ? C'est une sorte de bar ou d'boite ? Ou c'est une boite de strip tease ? Pardon - j'suis arrivé ici y a peu de temps, alors je connais pas tant les trucs branchés. » Dis-tu en étant presque stupide - tu savais pas qu'il se trouvait des filles pour danser au Seven. Faut dire que quand tu t'y rends t'as d'oeil que pour les garçons aussi. « Je danse - j'reviens de quelques mois à New York, puis à Londres. J'donne des cours de HipHop ici - dans un centre culturel dans le 7e arrondissement. Et au lycée - aussi. Ca change des battles du Queens mais c'est pas plus mal en réalité, si vous voulez mon avis. Je pourrais passer sans doute le reste de ma vie à apprendre aux autres comment se défouler et suivre le rythme. En plus de leur apprendre à se défendre - j'suis professeur d'arts martiaux aussi. » Dis-tu sans te départir de ton enthousiasme - tu saurais pas, il est accroché à toi comme une seconde peau. « J'aime bien lier les deux - c'peut être pas une chose courante cela dit. Mais c'pas si différent. Tout s'trouve être une question de rythme et d'équilibre. Mais j'vais pas vous apprendre ca si vous êtes danseuse aussi. Vous dansez d'puis longtemps ? »



_________________


i can't live without you et je cherche dans la brume à retrouver ton image. A apprendre ton visage, à connaitre ton nom. A aimer, finalement, la sensation de bonheur qui donne à la vie tout son sens.
Revenir en haut Aller en bas
Raegan S. Ziegler
- Raegan S. Ziegler -
ADMINISTRATRICE
Date d'inscription : 11/06/2018
Messages : 179
Age du personnage : 19 ans.
Pouvoir : Ceux d'une potentielle... mais de vous à moi, je suis d'avantage intéressée par l'idée de chanter et danser que par l'idée de botter des culs et sauver le monde. Okay... sauver le monde c'est important... mais chanter aussi, nah?
Mon boulet : David.
Métier : Serveuse au Seven Devils.
mission impossible (Raegan & Malaki) 180812061510452399

Avatar : Hailee Steinfeld.

mission impossible (Raegan & Malaki) Empty
MessageSujet: Re: mission impossible (Raegan & Malaki)  mission impossible (Raegan & Malaki) Time-m10Mar 22 Jan - 9:42

Mission impossible
feat Malaki

Janvier 2001, dans les rues du 9ème arrondissement

J'envie ces personnes capable de s'attirer la sympathie des gens en une seconde à peine. J'envie ces personnes capable d'aborder les autres sans stress, sans se soucier de ce que l'on va penser d'eux. J'envie ces personnes... et j'en viens à l'envier lui, cet homme qui est là à me parler chaussures et autres banalités émoustillantes. Ce n'est pas un sentiment négatif en soit. Au contraire, de cet envie née une certaine admiration et fascination. Alors j'ai immédiatement envie de devenir son amie. Ou une connaissance. Je veux rayonner à travers ses personnes car une fois en dehors de la scène, je m'efface, trop prudente et surtout trop timide.

— Tellement d'accord avec vous! Je connais des filles, elles ont les pieds aussi large qu'une péniche! Un vrai calvaire pour trouver la bonne pointure!

Je veux donner vie à mes propos alors je rassemble mes deux mains et les éloigne comme si pouf, une explosion. Sauf que je parlais de péniche. Ah! Je me sens maladroite dans mes relations avec les autres, c'est frustrant.

— Chez Chauss'André. Les chaussures, je les ai eu là-haut, si ça vous tente d'aller voir. Dans le troisième arrondissement.

Je parle bien trop vite. Comme si chaque secondes à m'écouter était un calvaire et que je devais abréger au mieux ses souffrances. Sauf que de manière complètement contradictoire je veux prolonger cet échange. Alors je le questionne. Parce que je suis curieuse et surtout, très emballée à l'idée de rencontrer un artiste, ou en tout cas un danseur. Une personne capable de me comprendre moi, ainsi que ma passion. Je lui parle du Seven Devils parce qu'une part de moi espère le revoir. Qu'on ai l'occasion d'échanger un verre entre deux services. Je sais, je me monte des films mais parfois, la solitude me pèse. Les rares personnes que je côtoie flirtent avec le surnaturel... et ça m'étouffe, moi, l'esprit libre qui ne demande qu'à quitter cet enfer.

Puis je manque de m'étouffer. En tout c'est clair et net que je me serais étouffée si j'avais eu un truc dans la bouche. Une boîte de strip tease? Oh la boulette. Vu ma tenue légère, le maquillage à outrance, il doit surement me prendre pour une fille aux mœurs légères. Je rougis instantanément même si ça ne se remarque pas nécessairement. J'ouvre la bouche pour me justifier et les premiers mots sont laborieux tant je bafouille, confuse.

— Non ce... non ce n'est pas un... enfin c'est juste un bar d'ambiance. Le parfait mélange entre le bar et la boîte de nuit. Je suis serveuse et le propriétaire me laisse danser et chanter de temps en temps.

J'en prend conscience, je me révèle trop vite, trop facilement. Plus je parle plus je ressens le besoin de m'arrêter... et plus je ressens ce besoin d'arrêter et d'avantages je m'enfonce dans cette conversation parce qu'en vrai ça fait du bien de parler à quelqu'un de normal. Enfin d'humain. Une personne qui ne m'aborde pas pour régler une affaire surnaturelle. Nathaniel ça compte pas c'est mon boss.

En tout cas je suis subjuguée par cet inconnu. Je bois chacune de ses paroles, je me surprend à rêver, fantasmer sa vie. New-York, Londres... deux villes dont je rêve depuis toujours. J'aspire à y aller un jour, à m'y produire. Et j'opine du chef à ses propos, un large sourire émerveillé sur les lèvres.

— Art martiaux? que je répète, surprise.

Je ris. Non en effet ce n'est pas une pratique courante mais j'aime énormément l'idée et le concept. Pour le coup je ne demande qu'une chose : avoir droit à une démonstration. La question étant de savoir si oui ou non je vais oser le demander. Et sans crier gare, la conversation se tourne vers moi. Mon sourire se fait plus timide, je baisse un instant les yeux, replaçant une mèche derrière mon oreille. J'aime parler danse ou musique. C'est juste qu'une fois lancée j'ai du mal à m'arrêter. Est-ce qu'il sait vraiment dans quoi il s'embarque? Non parce que vraiment, je pourrais lui tenir la jambe toute la soirée. Je relève finalement les yeux vers lui, timide mais pleine de cette énergie, celle de la passion. Cette passion qui enflamme les cœurs.

— Depuis toujours! Réponse classique, je sais mais c'est vrai. Dès que j'ai été capable de me tenir sur mes deux jambes, je dansais. Je crois que c'est une des meilleures choses au monde. C'est l'expression des corps, un langage universel. Pas besoin de mots. Il suffit juste... de se laisser porter par nos émotions. Et cette sensation qui me parcours le corps quand je suis sur scène c'est électrisant.

Je m'emporte. Je parle vite, mes mains partent dans tous les sens pendant que je cause et je me dis que je l'ai peut-être perdu. Il va peut-être prendre la poudre d'escampette en se demandant quel genre d'illuminé je suis. Ou alors il s'ennuie? Bon sang Raegan, si ça se trouve il t'a juste posé cette question par politesse! Ou alors c'est un détraqué sexuel? Il essaie de m'amadouer? Non... non... Faut que j'arrête de voir le mal partout.

— Vous donnez des cours, c'est bien ce que vous avez dit? Enfin non, je sais que vous l'avez dit. En fait.. C'est juste.. hum... vous avez une carte? Parce que ça pourrait éventuellement m'intéresser, de voir ce que ça donne.

Respire Raegan. Et si il m'envoie boulet? Il voulait juste savoir pour mes chaussures. Maintenant qu'il a eu l'information il veut peut-être simplement partir. Oh et si il pense que je le drague? C'est pas le cas! Je ne veux pas qu'il pense ça! Roh et je fais quoi si c'est un détraqué sexuel? Je n'écoute jamais mon observateur quand il veut me donne des cours de combat. Non. Relax Raegan. Tout va bien se passer. Inspire Raegan. Expire. Bien. Je me gratte l'arrière du crâne, gênée et mal à l'aise, soudainement.

— Sauf si vous avez pas envie de me donner votre carte. Enfin vous en avez peut-être pas. Vous savez dans tout les cas c'est pas grave.

Ouais et bientôt je vais m'excuser d'exister!
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
- Contenu sponsorisé -

mission impossible (Raegan & Malaki) Empty
MessageSujet: Re: mission impossible (Raegan & Malaki)  mission impossible (Raegan & Malaki) Time-m10

Revenir en haut Aller en bas
 
mission impossible (Raegan & Malaki)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Medicom] RAH Mission Impossible 3 - Ethan Hunt teaser
» mission impossible ➸ yunah & chaemin.
» Mission Juillet 2013 : Tableau de Ferme, Bâtisseur de l'Impossible.... [facebook]
» [Software] Topic de discussion du jeu "Mission Von Nebula"
» [Réglé] Impossible de se marier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: -Bienvenue dans la ville de Lyon- :: 9ème arrondissement :: Rues & commerces-
Sauter vers: