one of us ◊ Andrea&Archibald
FORUM EN CONSTRUCTION/FORUM PRIVE BTVS. LANCEMENT DE LA BÊTA. RAMENEZ VOS JOLIES FESSES.

Partagez | 
 

 one of us ◊ Andrea&Archibald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A ton tour d'écrire l'histoire
Andrea Schwarz
avatar






Date d'inscription : 11/08/2018

Messages : 172

Age du personnage : 19 ans

Pouvoir : Celui d'une fille qui a appris à vivre en dehors de la société et qui est donc totalement déphasée

Mon boulet : Archibald Barnes

Métier : Serveuse ici et là et employée dans une auberge de jeunesse pour avoir un lit et un toit



Avatar : Lily James

Localisation : Quelque part dans un resto, un bar, ou sur un banc

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: one of us ◊ Andrea&Archibald   Sam 11 Aoû - 22:57

Dea savait ce qui pouvait se cacher dans la nuit... pourtant, alors qu’elle sortait de son service du soir dans un petit restaurant du coin, elle ne put s’empêcher de faire un détour par le parc à proximité. Elle y avait entendu quelques notes de musique qui s’y jouaient, loin de ce qui passait à la radio, dans les bars ou les pubs, et qui lui plaisait plus. Peut-être l’aurait-on traitée de hippie, mais elle n’en avait rien à faire. Elle vivait en décalage avec son époque depuis sa fugue, préférant les choses simples et la musique festive au... bruit.

Arrivée dans l’herbe, la jeune femme se débarrassa vite fait de ses chaussures qu’elle ne supportait généralement que le temps de travailler, et encore, pour sentir la végétation entre ses orteils. Elle déambula dans le parc sans se presser, savourant la légère fraicheur de la nuit après la grosse chaleur de la journée. Elle tourbillonnait, écartant les bras, offrant son visage à la lune. Oui, la Grèce lui manquait, et c’était dans ces instants qu’elle la retrouvait, d’une certaine façon.

Elle finit par trouver le groupe de personnes qu’elle cherchait sans les connaître, suivant les notes d’une guitare, les voix qui s’y mêlaient et les applaudissements qui marquaient le rythme. Elle déboula, entre deux arbres, comme un diable hors de sa boîte. Elle craint un instant qu’ils la prennent pour une folle, mais ils finissent leur chanson avec le sourire et lui font une petite place. Une autre chanson commence et elle en connait les paroles. Elle date suffisamment pour que les pêcheurs de sa petite île l’écoutent sur leur vieux poste de radio. Elle suit le mouvement des autres — tous ont au moins cinq ans de plus qu’elle, mais elle s’en rend à peine compte —, frappant dans ses mains et chantant, avant de se lever à nouveau, ne tenant pas en place, pour danser.

Elle virevolte et elle a bien conscience des regards sur sa personne. Elle n’y perçoit pourtant aucune malice, aucune perversité. Ils ne sont là que pour prendre du bon temps et s’amuser, non ? Elle ressemble à une Esmeralda de l’est avec sa jupe, ses bracelets aux chevilles et ses pieds nus. Elle danse, oubliant un instant qu’elle est à Lyon, et pas sur la plage, au coin d’un feu. Elle danse, tourne sur elle-même, jusqu’à ce qu’elle se retrouve bien malgré elle contre le buste d’une personne qu’elle n’avait pas vu arriver... mais une personne qui ne faisait pas partie du cercle de musiciens. Elle perçoit une noirceur en cet inconnu, esquisse un pas en arrière... mais une poigne d’acier se referme sur son poignet et elle pousse un glapissement.

_________________
i want to learn and live
I DON'T WANT TO FIGHT AND DIE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Archibald Barnes
avatar






Date d'inscription : 12/08/2018

Messages : 49

Age du personnage : 45 ans, mais il est sur Terre depuis bien plus longtemps

Pouvoir : Celui de faire un thé et des scones à la perfection

Métier : Observateur et conservateur de bibliothèque

Avatar : James d'Arcy

Localisation : Au milieu de ses livres


MessageSujet: Re: one of us ◊ Andrea&Archibald   Mar 21 Aoû - 20:28

One of Us
feat Andrea Schwarz

Andrea Schwarz. Ce nom était devenu une obsession, et pour cause, il s’agissait ni plus ni moins que de sa protégée. La jeune fille avait fugué et il avait été particulièrement difficile de la retrouver. On ne savait ce qui était advenu d’elle, où elle était, ou même si elle était encore vivante. Les Observateurs avaient finalement réussi à localiser sa présence en France, dans la ville de Lyon, et Archibald avait par la suite dû se débrouiller pour la retrouver. Ce qui n’avait pas été une mince affaire dans une ville si grande, d’autant plus que le temps pressait. Plus elle passait de temps seule et sans entrainement, plus grand était le risque qu’elle se fasse tuer. Et ce n’était pas sa jeunesse qui allait dissuader les vampires et démons, bien au contraire ! L’avantage était qu’elle venait d’une famille d’Observateurs, elle en savait donc bien plus que la plupart de ses congénères. Il espérait que cela suffise pour la maintenir en vie le temps qu’il la retrouve. Parce qu’elle n’avait pas choisi n’importe quel endroit en plus: savait-elle seulement qu’une bouche de l’Enfer se situait juste sous ses pieds ?

Cela lui avait pris plusieurs semaines, mais il avait bel et bien fini par la localiser. Et c’est pour cette raison qu’il se trouvait à attendre dans l’ombre qu’elle sorte du restaurant où elle travaillait. Il devait admettre qu’il n’avait pas forcément bien réfléchi à la manière de l’aborder, sans l’effrayer. Il faut dire que traquer les jeunes filles le soir n’était pas vraiment dans ses habitudes. Il la suivit néanmoins, à bonne distance, dans l’espoir qu’une occasion se présente. Il fronça les sourcils en voyant qu’elle passait par le parc. Etait-elle donc totalement inconsciente ? Il soupira et se lança à sa suite, tentant de rester à bonne distance.

Il la vit avec surprise virevolter pieds nus dans l’herbe et rejoindre un groupe de musiciens et danseurs. Il s’arrêta et sentit son coeur se serrer.

Elle est si jeune.

En cet instant, il fut tenté de faire demi tour et repartir, de la laisser tranquille. Ce n’était qu’une enfant. Etait-ce vraiment là son travail, transformer des gamines à peine sorties du berceau en machines à tuer ?

Il s’agit moins de lui apprendre à tuer que de lui permettre de rester en vie le plus longtemps possible.


Il soupira, prit son courage à deux mains et s’avança vers le groupe. Il avait conscience de clairement détonner, avec son costume gris impeccable et son air perpétuellement raide et guindé. Entrer parmi les danseurs était d’ailleurs loin d’être aussi simple. Il tenta de reproduire leurs mouvements, non sans maladresse, afin de se rapprocher le plus possible de la blonde, tout en pestant dans sa barbe contre cette musique et ces danses ridicules. Il ne cessait d’entrer en collision avec le danseurs, de se cogner. Il ne s’aperçut d’ailleurs que trop tard qu’Andrea l’avait heurté. Il remarqua une pierre à terre derrière elle et lui attrapa le poignet avant qu’elle puisse trébucher dessus. En voyant le mouvement de recul de la jeune fille, il la lâcha immédiatement.

« Veuillez m’excuser, je ne voulais pas vous faire peur. » Il lui indiqua la pierre de la main. « Je souhaitais simplement vous éviter de vous blesser. »

Il ne devait pas se tromper. S’il se dévoilait trop tôt, ou s’il lui faisait peur, elle lui glisserait entre les doigts et il pourrait bien avoir du mal à la retrouver. Il s’éclaircit la gorge nerveusement.

« Ahem… m’accorderiez vous cette danse ? Pour me faire pardonner ? »

Il lui tendit la main d’un geste décidément bien trop solennel pour les circonstances.

 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Andrea Schwarz
avatar






Date d'inscription : 11/08/2018

Messages : 172

Age du personnage : 19 ans

Pouvoir : Celui d'une fille qui a appris à vivre en dehors de la société et qui est donc totalement déphasée

Mon boulet : Archibald Barnes

Métier : Serveuse ici et là et employée dans une auberge de jeunesse pour avoir un lit et un toit



Avatar : Lily James

Localisation : Quelque part dans un resto, un bar, ou sur un banc

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Re: one of us ◊ Andrea&Archibald   Mer 22 Aoû - 13:29

L’innocence, malgré tout ce qu’elle savait sur le monde, sur ce qu’il dissimulait dans ses ombres. Oui, elle était passée par le parc, attirée par les notes de musique qu’elle avait entendues, faisant fi de ses connaissances. Dea était parfois trop naïve. Sans même parler des monstres, il y aurait pu avoir, parmi les trainards, des personne mal intentionnées. On n’en parlait pas tant encore, mais les viols, les meurtres, les tortures... ils pouvaient être causés par des êtres parfaitement humains. Si tant est que l’humanité puisse leur être attribuée. Mais Dea n’avait pas envie de rentrer tout de suite à l’auberge de jeunesse. Elle voulait profiter encore un peu. Elle qui n’assurait pas l’accueil ce soir, elle voulait se détendre, chasser les courbatures d’un long service au restaurant. Oh, elle était habituée à bouger beaucoup, au travail physique, et le supportait même mieux que de rester assise à un bureau pour étudier... mais elle aussi avait besoin, de temps en temps, de laisser tout ça de côté. L’espace d’un instant figé dans le temps, elle pouvait bien s’accorder une bulle éphémère rien que pour elle.

Alors Dea dansait, elle se laissait porter par la musique, par les autres danseurs autour d’elle. Ils n’étaient pas si nombreux, mais pendant cette poignée de minutes, elle oubliait le reste. Ça la ramenait en Grèce, où rien n’était compliqué, où elle n’avait pas à s’inquiéter des fins de mois. Si elle avait du mal à troquer une chose, elle rendait service... ou alors les gens étaient compréhensifs et attendaient que ça aille mieux. Il n’y avait pas cette pression comme sur le continent. Chacun vivait en harmonie avec son voisin, chacun avait sa place dans le grand cercle de la vie... mais là où les bâtiments s’élevaient, où les voitures grondaient plus fort que l’orage, Dea ne trouvait pas sa place. Pas tout à fait, en tout cas. C’était pour cela que, souvent, elle faisait bien trop d’heures pour ce qu’elle était payée. Qu’on abusait de sa gentillesse et de son altruisme. Ce monde était foutu... et parfois elle n’avait qu’une seule envie : repartir en Grèce, profiter de la mer et du soleil. Sans ces technologies auxquelles elles ne comprenaient rien. Sans cette allure toujours plus pressée des gens. Certes, ils ne vivaient, pour la plupart, qu’une fois, et pour une poignée de décennies... mais se tuer à la tâche, toujours courir partout et ne même plus profiter de cette vie qui leur avait été offerte... était-ce vraiment vivre ? Pas pour Dea...

Pourtant ces sombres pensées restaient en marge quand elle dansait ainsi, se laissant porter par la musique. Jusqu’à ce qu’elle ne percute quelqu’un... qui n’était clairement pas un danseur. Engoncé dans son costume gris, il détonnait clairement... mais ce qui lui fit faire un pas en arrière est la noirceur qu’elle semble percevoir de lui. Elle n’aurait su dire pourquoi, elle qui voyait généralement la bonté même là où il n’y en avait guère. Pas l’inverse. Sa main se referma sur son poignet, mais il la lâcha presque aussitôt. — Veuillez m’excuser, je ne voulais pas vous faire peur. Je souhaitais simplement vous éviter de vous blesser. — Elle baissa les yeux vers ladite pierre, après un instant à papillonner des paupières. Cet homme a un phrasé différent des autres. Plus intellectuel que ses semblables, même s’il devait évoluer dans des sphères où le savoir était plus valorisé que la force, il n’en restait pas moins que dans les années 2000, certains tics de langage avaient la vie dure.

Si Dea avait été plus jeune que les musiciens et danseurs l’entourant, l’inconnu était lui plus vieux. Il s’éclaircit la gorge et elle lui jeta un autre regard. Elle restait silencieuse, essayant de le cerner, sans pourtant juger. Dea n’aimait pas les jugements hâtifs basés sur les stéréotypes. Elle se demandait bien ce que cet homme lui voulait, mais tant qu’il n’affichait aucune hostilité, elle ne devrait avoir aucune raison de le craindre et de fuir... Elle avait pourtant bien fui ses parents qui ne voulaient, en soi, que la protéger et faire en sorte que son destin ne la précipite pas dans les bras de la Faucheuse. — Ahem… m’accorderiez-vous cette danse ? Pour me faire pardonner ? — Je... euh... Oui, bien sûr. balbutia-t-elle avant de glisser sa main dans la sienne. Les musiciens enchaînèrent sur un autre morceau, tout aussi festif, mais pourtant moins rapide que le précédent. Après une hésitation, Dea posa son autre main sur l’épaule de l’inconnu et le laissa la porter selon les pas qu’il connaissait et qu’il désirait accorder aux notes.

Elle finit par plonger à nouveau son regard dans le sien. Elle entrouvrit les lèvres, ses joues se voilèrent légèrement de rose, avant qu’elle ne reprenne la parole. Vous perdez-vous souvent dans les parcs la nuit pour inviter des jeunes femmes à danser ? demanda-t-elle avec un sourire. Oui, il avait cette étrange part de noirceur en lui... mais Dea n’était pas connue pour son pessimisme... Il devait avoir le double de son âge, peut-être même un peu plus... et pourtant, il était là, à la faire danser, alors que ça ne semblait pas être son élément. Elle l’aurait plutôt vue dans une salle de bal, avec des notes s’élevant d’un clavecin... pas dans l’herbe entouré de gens qui tenaient plus des hippies que de la haute société.

_________________
i want to learn and live
I DON'T WANT TO FIGHT AND DIE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Archibald Barnes
avatar






Date d'inscription : 12/08/2018

Messages : 49

Age du personnage : 45 ans, mais il est sur Terre depuis bien plus longtemps

Pouvoir : Celui de faire un thé et des scones à la perfection

Métier : Observateur et conservateur de bibliothèque

Avatar : James d'Arcy

Localisation : Au milieu de ses livres


MessageSujet: Re: one of us ◊ Andrea&Archibald   Jeu 30 Aoû - 18:52

One of Us
feat Andrea Schwarz

Il fut soulagé qu’elle accepte, mais un peu moins en réalisant qu’il allait vraiment devoir danser aussi. Si effectuer les mouvements seuls était compliqué, devoir en plus s’assurer de la coordination avec une partenaire ne lui facilitait pas les choses. Il avait beau tenter de s’accorder sur la musique et sur les pas de la jeune fille, il sentait bien qu’il était loin d’être à la hauteur. Ceci dit, c’était loin d’être sa principale préoccupation. Il fallait qu’il trouve un moyen de lui dire la vérité, et surtout de la convaincre qu’elle devait le suivre et accepter sa destinée. Plus facile à dire qu’à faire. Il n’avait jamais été une jeune fille, et surtout il n’avait pas la moindre idée de ce qu’elle traversait. De ce que l’on ressentait, lorsqu’on se retrouvait à devoir embrasser un rôle dont on ne voulait pas. Mais elle n’avait pas le choix, et à vrai dire lui non plus. On lui avait donné sa chance, et il avait grand intérêt à se montrer à la hauteur. Il l’avait bien compris lorsqu’on lui avait attribué sa première protégée. Il baissa les yeux vers elle et répondit avec une certaine raideur à sa question.

« Non… pas vraiment. »

Elle n’avait pas l’air stupide, elle devait bien voir qu’il était loin d’être dans son élément. Si elle ne se méfiait pas encore, ça n’allait sans doute pas tarder.

« Et vous ? Vous vous aventurez souvent dans les parcs la nuit ? Ce n’est pas très prudent… On ne sait jamais sur qui… ou sur quoi on peut tomber. »

Il lui lança un regard un peu plus perçant. Il n’avait pas envie de la prendre par surprise, il préférait amener le sujet en douceur. Ses effets furent malheureusement mis à mal lorsqu’il marcha malencontreusement sur le pied de sa partenaire.

« Oh veuillez m’excuser ! Je ne vous ai pas fait mal au moins. »

Il se recula d’un pas et soupira. Il ne se sentait pas la force de jouer la comédie plus longtemps.

« La vérité est que je ne suis pas ici par hasard. » Il passa sa main droite à l’arrière de son crâne, cherchant la bonne manière de faire ses révélations. Il n’était pas vraiment certain qu’il puisse y en avoir une. « Je vous cherchais. J’ai à vous parler, impérativement. » Il jeta un regard autour de lui, balayant l’assistance du regard. « En privé. »

Il n’était pas certain d’avoir opté pour la bonne stratégie. C’était quitte ou double: soit elle allait fuir en courant, soit elle allait accepter de l’écouter. Heureusement grâce à la foule il aurait au moins la possibilité d’espérer la rattraper. Il espérait seulement qu’elle ne prenne pas peur en pensant qu’il lui voudrait du mal. Mais après tout le temps qu’il leur avait fallu pour la localiser, il devait à tout prix saisir cette opportunité.
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Andrea Schwarz
avatar






Date d'inscription : 11/08/2018

Messages : 172

Age du personnage : 19 ans

Pouvoir : Celui d'une fille qui a appris à vivre en dehors de la société et qui est donc totalement déphasée

Mon boulet : Archibald Barnes

Métier : Serveuse ici et là et employée dans une auberge de jeunesse pour avoir un lit et un toit



Avatar : Lily James

Localisation : Quelque part dans un resto, un bar, ou sur un banc

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Re: one of us ◊ Andrea&Archibald   Dim 9 Sep - 15:17

— Non… pas vraiment. — Elle ne répondit que par l’un de ces charmants sourires dont elle avait le secret. Un de ces sourires dont elle ne connaissait, en vérité, pas vraiment l’existence, mais qui illuminait souvent la journée des gens. Un de ces sourires qui faisaient que, durant ses mois en Grèce, les gens appréciaient sa compagnie, et sa bonne humeur. Dea avait toujours été un rayon de soleil... à part cette fois, cette seule et unique fois, où on lui avait annoncé qu’elle allait devoir se battre, tuer, et non pas enseigner, protéger.

Oui, elle avait bien compris que ce n’était pas dans ses habitudes... et certainement que faire la conversation ET danser l’était encore moins. Un petit rire lui échappa, alors qu’elle se disait qu’il lui rappelait vaguement le célèbre Mr. Darcy du roman de Jane Austen. — Et vous ? Vous vous aventurez souvent dans les parcs la nuit ? Ce n’est pas très prudent… On ne sait jamais sur qui… ou sur quoi on peut tomber. — Son regard, ses iris dans les siens, se fit plus perçant, accompagnant cette question, cette mise en garde. Elle l’observa un instant, la bouche entrouverte, sans réellement savoir comment lui répondre. Un pied sur le sien, ou plutôt une chaussure sur le sien, nu, lui accorda un certain douloureux délai.

— Oh veuillez m’excuser ! Je ne vous ai pas fait mal au moins. — Rien de pire que ce que j’ai déjà vécu. Après tout, elle s’était blessée maintes fois en Grèce, alors qu’elle apprenait à jardiner ou à pécher... ou même à réparer elle-même sa bicoque... que dire des enseignements qu’elle avait eus avant qu’elle ne fuie l’Allemagne et ses parents ? Elle avait quelques notions de combat et self-defense... des choses qu’elle aurait dû enseigner plus tard à sa protégée... et ça ne venait pas sans se prendre quelques coups.

L’inconnu recula néanmoins et Dea laissa retomber ses bras le long de son corps avant de les croiser sur son buste. Elle était un peu déçue qu’il se laisse abattre par ce simple petit obstacle. Tout comme l’apprentissage du combat s’accompagnait de quelques coups, celui de la danse était associé à des pieds écrasés. Elle n’était pas de ces chochottes qui s’en offusquaient. S’il ne l’avait pas tant pris à cœur, sûrement aurait-elle chassé la douleur fugace d’un éclat de rire pour l’entrainer un peu plus encore dans la danse... mais non.

— La vérité est que je ne suis pas ici par hasard. — Elle pencha la tête sur le côté, fronça légèrement les sourcils. — Je vous cherchais. J’ai à vous parler, impérativement. — Son cœur manqua un battement, avant de s’affoler. — En privé. — Son corps se tendit. Fight or flight. Elle était bien à Lyon. Elle ne voulait pas partir. Elle ne voulait pas fuir encore. Quoi que... retourner en Grèce n’était pas une perspective désagréable. Elle se sentait comme ces fugitifs dans les films, ces criminels qui ne pouvaient jamais s’installer nulle part parce que la police risquait, tôt ou tard, de les retrouver. Mais elle n’avait rien fait de mal. Rien du tout.

Un soupir qui ressemblait à un sanglot lui échappa. Elle décroisa les bras, songea à partir en courant. Elle sentit ses yeux s’humecter de larmes acides. Mais je n’ai rien fait de mal... Je... je... je ne veux pas de... cette vie... Elle lui lança un regard désespéré et, finalement, abandonnant ses chaussures, s’élança au milieu des danseurs, espérant le semer dans la foule.

_________________
i want to learn and live
I DON'T WANT TO FIGHT AND DIE

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: one of us ◊ Andrea&Archibald   

Revenir en haut Aller en bas
 
one of us ◊ Andrea&Archibald
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les burlesques aventures d'Archibald
» Nom des voix TTS
» Apocalisse sul roccia Maltese
» AVE MORDHEIM
» FIGOSTAGE LES 8 ET 9 SEPTEMBRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: Bienvenue dans la ville de Lyon :: 5ème arrondissement :: Espaces verts & églises-
Sauter vers: