Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex
FORUM EN CONSTRUCTION/FORUM PRIVE BTVS. LANCEMENT DE LA BÊTA. RAMENEZ VOS JOLIES FESSES.

Partagez | 
 

 Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A ton tour d'écrire l'histoire
Quentin Faust
avatar
Démon maître des illusions





Date d'inscription : 11/07/2018

Messages : 279

Age du personnage : 701 ans

Pouvoir : maître des illusions sensorielles

Métier : larbin de Wolfram & Hart

a demon who sold his soul to save his heart...


Avatar : Aaron Stanford

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Mar 7 Aoû - 10:07

On l’avait déjà envoyé à bien des endroits… mais Lyon… C’était différent. Quentin errait parfois dans les rues sans vraiment savoir quoi faire. C’était une torture, en vrai. D’habitude, quand ses employeurs l’envoyaient quelque part, il accomplissait sa mission puis rentrait à Budapest pour retrouver Gabrielle… Là… Non. Il avait été dépêché sur place en soutien au cabinet… à attendre leur bon vouloir. Il aurait dû s’en réjouir, pour une fois qu’il n’avait pas à tuer ou à torturer quelqu’un, qu’il ne vivait pas sur les chardons ardents… Mais il aurait préféré rester aux côtés de Gabrielle, quitte à ne rien faire… Il aurait été avec celle qu’il aimait. La seule qui comptait, qui avait traversé les décennies avec lui. Mais non. On lui avait refusé cela.

Il poussa un soupir et s’installa sur un banc. Il était encore très tôt, mais les marchands installaient déjà leurs étals pour le marché qui se déroulerait ce matin-là, comme tous les autres de la semaine. Quentin les observait, comme il aimait observer les hommes avec cette curiosité naïve qui était la sienne. Ici, une pomme qui roule, là un couple qui se chamaille. Certains en profitaient que les rues n’étaient pas encore complétement bloquées pour sortir leur voiture et aller travailler. Il y avait cette précipitation qui jouait aux côtés d’une certaine langueur, de celle qui s’accroche aux lampadaires après une trop longue nuit qui a duré jusqu’au matin. Là, une femme titube sur ses talons trop hauts, se rattrape à un mur. Ici, une demoiselle à l’air bougon et qui ne fallait certainement pas emmerder…

Il s’attarda un moment sur sa silhouette, sans aucunes arrière-pensées. Elle avait l’air presque sombre dans le rayon clair du matin qui tombait sur la place. Depuis toujours Quentin avait appris à étudier les gens, à les repérer, à les deviner. Depuis qu’il avait rejoint le cirque, pour attirer les spectateurs, depuis qu’il travaillait, forcé, pour Wolfram & Hart, ses missions étant parfois juste de l’espionnage.

Finalement, leurs regards se croisèrent. Il le soutint, sans émotion aucune, avant de détourner les yeux comme il l’aurait fait pour un autre élément du paysage, et quitta son banc. Un papier se colla sous sa chaussure gauche et il devait avoir une feuille ou du pollen sur son manteau trop chaud pour la température qui s’élevait déjà. Imperméable à toutes ces futilités, Quentin slaloma entre les étals qui se remplissaient déjà bien. Il s’arrêta à côté de l’un d’eux, tandis la main et déposa des pièces dans celle du marchand en échange de deux pommes bien juteuses. Il savait qu’il s’en mettrait partout en les mangeant, mais il s’en fichait. Il se détourna, connaissant presque par cœur ce labyrinthe de tréteaux, pour prendre la direction d’un autre où il allait laisser bien plus que quelques pièces.

Avec un énorme sourire digne d’un gamin devant une montagne de cadeau de Noël, Quentin allait s’en retourner à ses affaires après avoir acheté un énorme paquet d’un piment qu’il avait découvert chez cette ravissante marchande. Les premières fois qu’elle l’avait vu, elle avait eu un mouvement de recul face à son allure, mais il n’hésitait jamais quand il fallait payer, alors… Il fallait dire que Wolfram & Hart payait plutôt bien… ou du moins l’entretenait avec un argent de poche assez conséquent.

Il avait entrouvert le gros sachet d’épice pour en humer le parfum, quitte à éternuer, quand il percuta quelqu’un. Son expression d’euphorie totale se transforma en panique désespérée en voyant le nuage rouge s’élever entre lui et la demoiselle, pour venir souiller ses doigts, et leurs deux visages. Un air de chiot triste se peignit sur son visage alors qu’il baissait les yeux sur son sachet presque vide. Mais… chouin-a-t-il. Mon piment…

_________________

See you soon


We'll be together forever, until we can't even remember what it feels like to find each other again after an hour, a minute, a second apart. We can have forever or we can have now, with an ending that makes it real. You and me, we didn’t get a lot of time. But we lived a lifetime together. I don't have forever to promise you. Most I can give you is this moment. But it's yours if you'll take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Mar 7 Aoû - 19:02

Hot as hell-ish
feat Quentin

Je demande à rien personne. Je cherche pas non plus les emmerdes. Mais elles ont tendance à se ramener à moi d'elles-mêmes. Tiens, prenez ce gros con qui me bouscule par exemple. Oui là, lui. Celui qui flotte en beuglant sur les badauds. Avec son cigare et son air de « pas-touche-où-jte-bouffe ». J'avais rien demandé. Il a récolté ce qu'il a semé. J'avais pas non plus programmé que le fait de le pousser vivement le foutrait dans le fleuve non plus ! J'ai dû piquer un bon gros sprint avant de m'arrêter au milieu de la foule pour reprendre mon souffle, l'air bougon. Le vrai problème, c'est que ce con de Séb m'a encore payé un truc insensé pour faire passer une éventuelle pilule. Je le sais. Je le sens. Il me fait toujours le coup ! L'air revêche, j'agrippe une clope dans la poche de mon sac et l'allume rapidement avant d'en tirer une bonne grosse latte. Ma gratte dans le dos, je secoue ma crinière raccourcie de plusieurs bons centimètres en sentant la légère sueur froide sur ma nuque. Le concert que je viens de donner à eu vite-fait de me défouler, et le gros con du fleuve, vite fait de me faire remonter.

J'soupire.
La vie, c'est relou.


J'enfonce mes pognes dans mes poches et lève les yeux au ciel en fonçant droit devant moi, trop rapide pour obéir à mon instinct qui me dicte de me décaler. La chute ne tarde pas. Un grand brun me percute et un nuage rougeâtre s'éparpille autour de ma frimousse comme une muée d'étoiles. J'en tousse de surprise, avant de comprendre que la fameuse fumée commence sérieusement à me piquer les prunelles et les papilles. Les particules qui s'échappent sur ma langue me permettent rapidement de réaliser que c'est... du...  « Mon piment... »

« - Aaaah, mes yeux ! » Je geins en plaquant mes mains sur mes paupières, retenant un meuglement de terreur.

J'en pleure et tousse vivement, asphyxiée par l'épice infernale.

Quel est le con qui vient de me verser son putain de piment dans les rétines ? Est-ce que je vais devenir aveugle ? La brûlure et si intense que j'ose même plus retirer mes pattes de mes paupières, chouinant et déversant ma haine sur l'inconnu par meuglements et suppliques régulières.

Journée de merde !



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Quentin Faust
avatar
Démon maître des illusions





Date d'inscription : 11/07/2018

Messages : 279

Age du personnage : 701 ans

Pouvoir : maître des illusions sensorielles

Métier : larbin de Wolfram & Hart

a demon who sold his soul to save his heart...


Avatar : Aaron Stanford

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Mar 7 Aoû - 21:49

Malgré la poudre rouge qui macule le visage et les traits distordus par les beuglements, Quentin reconnaît vaguement la demoiselle qu’il avait aperçue plus tôt, à l’air bougon. Ses lèvres esquissèrent une grimace, se doutant de ce qui ne manquerait pas de lui tomber sur le coin de la gueule quand la miss se serait remise de ses émotions. En attendant, il baissa piteusement les yeux sur son pauvre sachet de piment presque vide. Il avait donné ses derniers billets du mois à la marchande et il n’avait plus qu’une bouteille à moitié vide de Tabasco quelque part dans ses poches. Déception. D’autant que, franchement, le tabasco sur les pommes, c’était pas le mieux… Lui qui pensait retrouver son banc pour manger l’un des deux fruits qu’il avait achetés, saupoudré d’une bonne dose de poudre épicée… C’était râpé.

Une nouvelle moue se dessina sur son visage. En face de lui, la demoiselle continuait de lui hurler dessus, les mains sur les yeux. Lui battait des paupières sans vraiment sentir la piqure sur ses globes oculaires. Il passa vite fait sa main sur ses traits, sans faire grand cas d’avoir un peu plus de « saleté » dessus, et dans ses mèches trop longues, trop grasses. Il lécha le piment qui s’attardait sur ses lèvres, comme un gamin qui essayerait de récupérer du chocolat après avoir mangé une gauffre… mais au moins ne l’était-il pas plus.

Il prit ensuite soin de refermer le sachet, pour préserver le peu qui en restait, et le glissa dans sa poche. Comme dans son petit monde, Quentin s’occupa de ses affaires avant de rapporter son attention à la jeune femme en panique. Je suis désolé, vraiment. Le ton de sa voix était en effet plaintif, mais plus pour son achat perdu que pour la demoiselle qui semblait avoir bien plus de difficultés que lui. Il ne faut pas frotter, vous savez ? Ça empire les choses.

Puis, soudain, il leva l’index, comme s’il venait de se souvenir de quelque chose, comme si l’inconnue pouvait le voir à travers les paumes posées sur ses mirettes. Il commença à s’éloigner, avant de faire demi-tour, manquant de s’étaler aux pieds de la demoiselle. Attendez là, je reviens. Bougez pas surtout. Il retourna vers l’étal de fruits et légumes, dérapant sur une tomate écrabouillée, et se rattrapa au stand du marchand de poisson. Un peu de glace fondue mélangée à du jus odorant tacha son manteau, mais il ne sentait de toute façon strictement rien. Bonjour Monsieur ! Pourrais-je vous demander un peu de glace ? Une demoiselle a du piment dans les yeux et… Le vendeur roula des yeux vers le ciel, mais lui donna malgré tout un sac plastique avec des glaçons. Il accompagna son geste d’une bouteille d’eau, tout en précisant. Il faut rincer à l’eau vive avant.

Après avoir hoché la tête, Quentin repartit vers la brunette. Loin de la mener jusqu’à un banc, il restait au milieu de la rue, du marché, avec elle. Dans une main il avait le sac plastique de glace, dans l’autre la bouteille d’eau. Le marchand de poisson a dit qu’il fallait nettoyer à l’eau vive avant de mettre les glaçons. Le demi-démon hésita un instant. Vous voulez que je le fasse ou… J’suis du genre maladroit, j’voudrais pas empirer les choses, v’savez ?

_________________

See you soon


We'll be together forever, until we can't even remember what it feels like to find each other again after an hour, a minute, a second apart. We can have forever or we can have now, with an ending that makes it real. You and me, we didn’t get a lot of time. But we lived a lifetime together. I don't have forever to promise you. Most I can give you is this moment. But it's yours if you'll take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Mer 8 Aoû - 22:00

Hot as hell-ish
feat Quentin

J'hurle toujours comme une baleine hors de l'eau, mes pognes plaquées sur mes yeux. Si je les retire, je sens que la douleur pourrait être plus intense encore. Toutes les particules échouées sur ma carne pourraient se liguer d'un seul coup contre mes pauvres rétines et j'irai droit à l’hôpital. Et ça, c'est tout bonnement hors de question. J'ai vraiment pas que ça à foutre ! Le coupable baragouine quelques excuses maladroites avant de se la jouer Capitaine évidence. Je souffle, renifle et le regrette aussitôt. Un éternuement tonitruant m'échappe et j'entends l'autre se tirer. Quoi ? Il va me laisser là, comme ça ? Avec ses putains d'épices tueuses ?! J'entends à nouveau des pas. Une voix. La même. Légèrement rauque mais si incertaine et dépitée que j'ai l'impression d'avoir affaire à un mioche qui mue. Alors j'attends, les coudes en l'air, les doigts sur les paupières et probablement l'air le plus stupide qui soit. Lors qu'il revient à nouveau, j'essaie de lui faire bien comprendre que là, si j'avais mes deux yeux, je m'en servirai pour le fusiller du regard. Et le voilà qui profère des recommandations suivie d'une nouvelle évidence douloureuse.

« - Nan ? Sans blague ? Je lâche, sarcastique.

C'est plus fort que moi.

Je soupire, serre les dents et clos mes paupières avec force. J'ose enfin retirer mes doigts en les écartant et en les secouant légèrement.

- N'empirez pas la situation, je suis légèrement aveugle à l'heure actuelle et je me vois mal verser cette bouteille sur mes yeux alors...

Je mouline des bras, soupire et jette une main en l'air pour lui faire signe d'y aller franco. J'ai besoin d'un visage à haïr, de toute manière. Une voix ne me suffira pas, même si je saurai à présent le reconnaître n'importe où. C'est mon petit talent personnel. J'agite à nouveau la main avec empressement pour lui faire signe de la prendre.

- Va falloir me guider vers un coin moins bondé, on est toujours plantés au milieu d'une ruelle. »

Et j'ai beau être aveugle, je sens pratiquement tous les regards des passants sur ma nuque, comme une multitude de petites piqûres perfides et agaçantes.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Quentin Faust
avatar
Démon maître des illusions





Date d'inscription : 11/07/2018

Messages : 279

Age du personnage : 701 ans

Pouvoir : maître des illusions sensorielles

Métier : larbin de Wolfram & Hart

a demon who sold his soul to save his heart...


Avatar : Aaron Stanford

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Ven 10 Aoû - 12:16

La demoiselle n’a pas l’air de très bonne humeur… mais d’un autre côté, qui le serait ? Quentin, lui, n’avait guère souffert de la brume rouge qui s’était échappée du sachet, si ce n’était à cause de la perte de ladite brume. Malgré tout, il ne pouvait pas décemment laisser la jeune femme ainsi. Peut-être n’était-il pas des plus doués socialement parlant, mais Quentin avait un gros cœur, quelque part sous toute cette crasse. Il n’aimait pas la souffrance humaine, et chaque fois qu’il devait la causer pour avoir un jour l’espoir de voir Gabrielle ouvrir les yeux, il avait l’impression qu’on arrachait un morceau de son âme. Alors il essayait de compenser un peu. Comme en cet instant. Même si c’était en partie sa faute et celle de sa maladroitesse légendaire.

Il fait fi du sarcasme et attend une autre réponse. Voulait-elle, ou non, qu’il s’en occupe ou pouvait-elle le faire toute seule ? Finalement, elle lui répond, lui donne le feu vert. Il s’apprêtait à enlever le bouchon de la bouteille pour s’en charger quand la demoiselle lui agite la main sous le nez, manquant de lui donner une claque, lui demandant de l’emmener un peu plus loin.

Maladroitement, il fait passer le sac de glaçons et la bouteille dans la même main, avant de prendre celle de la jeune femme. Il slalome entre les passants qui commencent à envahir le marché, lui jetant des coups d’œil pour s’assurer qu’elle ne se prend personne en pleine figure. Finalement, il retrouve le banc sur lequel il était assis plus tôt et l’invite à s’asseoir, posant le sachet de glace à ses côtés.

Il s’assura qu’elle ne risquait rien, d’un regard, avant de s’échiner avec le bouchon de la bouteille à nouveau. Il en renversa un peu, avant de la soulever légèrement. Je vais y aller… J’sais pas si ça va faire mal ou pas… Il marqua une pause. Mais je crois qu’il va falloir ouvrir les yeux, à un moment, quand même… déclara-t-il un peu piteusement. Après tout, si elle gardait les yeux fermés, ça enlèverait le piment sur ses paupières et ses cils, pas sur ses globes oculaires.

Se dandinant d’un pied sur l’autre, il attendit qu’elle lui donne le feu vert avant de faire couler doucement l’eau sur son œil droit, puis sur le gauche… Ça devait déjà la soulager un peu, non ? S’il n’était pas en train de se servir de ses deux mains pour éviter de lâcher la bouteille sur la frimousse levée vers lui, sûrement se serait-il rongé les ongles, inquiet de savoir ce que la demoiselle allait bien lui faire une fois sa vision retrouvée.

_________________

See you soon


We'll be together forever, until we can't even remember what it feels like to find each other again after an hour, a minute, a second apart. We can have forever or we can have now, with an ending that makes it real. You and me, we didn’t get a lot of time. But we lived a lifetime together. I don't have forever to promise you. Most I can give you is this moment. But it's yours if you'll take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Lun 20 Aoû - 8:13

Hot as hell-ish
feat Quentin

Avoir les yeux clos à tendance à développer un tas d'autres sens. Et là, je vous parle d'être aveugle par la force des choses, et pas par un simple clignement de paupières.  J'ignore depuis combien de temps je suis restée comme ça, tremblante à l'idée de perdre la vue et les paupières si serrées que j'en ai des crampes aux tempes. Mais ce que je sais, c'est que l'odeur du piment ne parvient plus à couvrir toutes les autres odeurs. A force d'expirer, je réussi à évacuer assez de particules pour évacuer mes pauvres naseaux torturés. Si bien que le miasme d'un petit stand ambulant proposant quelques délices danse jusqu'à mes narines. Mais il y a une autre odeur, aussi. Et plus le boulet approche, plus elle est forte. C'est lui qui sens comme ça ? Je fronce le nez et me redresse en tentant de regarder dans sa direction. Certaines odeurs corporelles sont si fortes qu'elles m'insupportent malgré-moi. Et à l'heure actuelle, je dois avouer que ce gars-là sent clairement pas la rose.  Je le laisse quand même m'embarquer dans un coin isolé et lâche finalement un rire en entendant ses paroles.

« - Non mais vous vous entendez quand vous parlez ? Faites gaffe, un autre aveugle pourrait croire qu'on va s'envoyer en l'air dans la ruelle, j'ironise en riant de plus belle.

Après la colère, la décompression. Et balancer des blagues de merde à tout va est mon meilleur moyen de défense. J'ai pas du tout envie d'ouvrir les yeux ! Je grogne et soupire, penche ma bouille sur le côté et fait signe à l'homme de laisser couler l'eau.

- J'ouvrirai les yeux après, quand l'épice accrochée à mes cils sera partie, je l'informe en attendant l'arrivée d'eau.

L’osque je sens un contact frais sur ma peau, j'utilise mes doigts pour faire fuir autant de résidus possible avant de finalement prendre une grande inspiration gorgée d'eau épicée. J'ouvre mes paupières, retient un couinement et frotte autant que possible, avec une pensée soudainement judicieuse(ment ironique) : Heureusement que l'eau a aussi nettoyé mes mains, j'aurai eu l'air maligne ! Réflexes de merde. Lorsque je recouvre finalement un peu la vue, je farfouille dans mon sac pour choper une lingette démaquillante. On sait jamais, suffit d'une soirée trop alcoolisée où je termine dans le pieu d'un inconnu et c'est le panda drame au réveil.  Lorsque je me redresse finalement, papillonnant et avisant la lingette pleine de tâches noires et de rouges, il me faut un moment avant de voir nettement mon environnement et la bouille complètement angoissée de mon assaillant du dimanche.

Un ange passe.

- … Vous en faites une tête, mon pauvre... je lâche avec un petit sourire. C'est pourtant pas vous qui vous vous êtes retrouvé à ça d'être impotent ! Je lâche en tendant mon pouce et mon index, séparés par autant de centimètres que mes tendons me le permettent.

Je lui lance un clin d’œil.

C'est, bien entendu, une façon de lui signaler que ce n'était finalement plus de peur que de mal. Vous voulez la foutue vérité ? J'allais l'engueuler comme du pot pourri. C'était le plan initial. Ça l'est toujours. Mais je suis sanguine, pas stupide. Et honnêtement, après avoir vue la tronche dépitée aux prunelles de chiot battu de ce pauvre garçon, l'envie est retombée comme un soufflet.

- Bon, j'veux un vin chaud ou une bonne bière en guise de dédommagement. » je lâche finalement, cette fois avec la mine la plus sérieuse du monde.

Quoi ? Faut pas déconner non plus !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Quentin Faust
avatar
Démon maître des illusions





Date d'inscription : 11/07/2018

Messages : 279

Age du personnage : 701 ans

Pouvoir : maître des illusions sensorielles

Métier : larbin de Wolfram & Hart

a demon who sold his soul to save his heart...


Avatar : Aaron Stanford

Age : 28

Date de naissance : 08/07/1990


MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   Dim 26 Aoû - 14:13

— Non mais vous vous entendez quand vous parlez ? Faites gaffe, un autre aveugle pourrait croire qu'on va s'envoyer en l'air dans la ruelle — Quentin écarquille les yeux en entendant la jeune femme rire de ses propos. Quoi ? s’étrangle-t-il à moitié. Non, non, jamais. Sa voix porte un ton outré. Jamais de la vie. Il n’était l’homme que d’une seule femme. Sa Gabrielle. Son aimée, pour toujours. Il n’en connaîtrait jamais une autre. Non pas que vous ne soyez pas ravissante, mais... il n’y a qu’une seule dame qui fait battre mon cœur. ajoute-t-il, comme s’il ne comprenait guère le second degré des paroles de la jeune femme. Il avait toujours un peu de mal avec l’humour, même après sept cents ans passés dans ce monde... dont une bonne partie en compagnie de forains ambulants... Il devait avouer que les clowns lui avaient toujours fait un peu peur... même si, avec sa maladresse légendaire, il occupait le rôle de celui dont on riait au dépens bien souvent.

Ils revinrent pourtant à ce qui les occupait dans l’immédiat : le piment accroché au visage de la jeune femme. — J'ouvrirai les yeux après, quand l'épice accrochée à mes cils sera partie — Quentin hocha la tête et s’exécuta, versant doucement l’eau sur le visage de la jeune femme. Il l’observa frotter ses yeux, puis farfouiller dans son sac à la recherche d’il ne savait pas trop quoi. Elle en sortit une lingette qui gomma les dernières traces de rouge et de noir autour de ses yeux. Enfin, elle se redressa et lui jeta un regard. Il devait avoir l’air tellement paumé, inquiet, même un peu triste de tout son beau piment ainsi perdu... mais la jeune femme avait l’air d’aller mieux. C’était le principal.

— … Vous en faites une tête, mon pauvre... C'est pourtant pas vous qui vous vous êtes retrouvé à ça d'être impotent ! — Il ne peut s’empêcher de piquer un fard alors qu’elle lui jette un clin d’œil. Il détourne les yeux et récupère le sachet avec les glaçons qui n’ont, heureusement, pas tous fondu, et lui tend. Ça apaisera un petit peu, je crois... La glace sentait certainement un peu la marée, mais Quentin, lui, fidèle à son habitude, ne percevait aucune odeur. Il devait d’ailleurs toujours avoir sa propre frimousse couverte de rouge... peut-être qu’être demi-démon, ça avait des avantages, finalement... Il pinça les lèvres et ne put que goûter sur elles le goût savoureux de l’épice dont il ne lui restait plus que quelques pincées.

— Bon, j'veux un vin chaud ou une bonne bière en guise de dédommagement. — Oui, oui, bien sûr. répond-il précipitamment. La dame aux épices fait un très bon vin chaud. Il hocha la tête avec un peu trop d’ardeur. Elle rajoute toujours beaucoup de piment dans le mien, parce qu’elle sait que j’aime ça. Il aurait aimé la présenter à Gabrielle. Mais ce n’était pas possible. Peut-être un jour... Il se perdit un instant dans ses pensées, conjurant de ses souvenirs le visage de la seule femme qu’il avait aimée ainsi. Il s’était souvent lié d’amitié au fil des siècles, soutenant enfant et vieillard dans les durs moments de leur vie... mais il n’avait aimé qu’une fois...

Il finit par se secouer et se tourner à nouveau vers la demoiselle. Y allons-nous ? ou vos yeux ont-ils encore besoin d’un peu de repos ? Oh Wolfram & Hart lui avait fait commettre des horreurs, mais Quentin restait beaucoup trop naïf et gentil pour ce monde...

_________________

See you soon


We'll be together forever, until we can't even remember what it feels like to find each other again after an hour, a minute, a second apart. We can have forever or we can have now, with an ending that makes it real. You and me, we didn’t get a lot of time. But we lived a lifetime together. I don't have forever to promise you. Most I can give you is this moment. But it's yours if you'll take it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hot as hell-ish ◊ Quentin&Alex
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quentin Valentine in da place!
» Hell Achéron, futur Doyen Tourmenteur
» Revok ( Alex )
» décors hell dorado
» [Cypher Studio][Hell Dorado][Anima Tactics]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: Bienvenue dans la ville de Lyon :: 4ème arrondissement :: Rues & commerces-
Sauter vers: