[Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex
FORUM EN CONSTRUCTION/FORUM PRIVE BTVS. LANCEMENT DE LA BÊTA. RAMENEZ VOS JOLIES FESSES.

Partagez | 
 

 [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   Mer 25 Juil - 9:06

Il était un petit pas beau
Feat Sebastian


9ème arrondissement de Lyon - Seven Devils - [Flashback Mars 2018]

Un petit groupuscule.  Des corps enchevêtrés. La sueur collée à la nuque et mes hanches qui se déhanchent. Les sons graves, rauques et granuleux ensorcellent mes esgourdes et j’inspire avec délice cette douce extase qui m’enivre. Eux, nous, moi. On ne forme plus qu’un. Malgré l’estrade qui nous brandit à leurs regards ensorcelés, médusés et passionnés. Ils s’agitent en masse, s’entortillant sauvagement tout en retrouvant leur état sauvage. Mes doigts passent sur les cordes, mon souffle rauque se fait de plus en plus difficile alors que crache les paroles de ma lyric endiablée. Les projecteurs m’aveuglent, la vie s’empare de moi. L’adrénaline qui ne me quitte jamais me donne une énergie ahurissante. J’ai l’avantage de ne pas avoir besoin de me droguer pour pouvoir me donner à fond. La douce parade s'achève sur une note grave et un goût délicieux de victoire. Chouette. Mes parents pourront plus me bassiner le crâne en me disant des balivernes lourdes du genre : «  Non mais, Alexandra, faut bosser là. T’as fais des études. Pourquoi t’es serveuse alors que tu pourrais vendre des parfums et faire pshit pshit toute la journée ? Hein, dis ? ». Bon. Je grossis un peu le truc, j’avoue. Mais franchement, faut pas déconner. Gratter sur ma guitare et beugler dans mon micro, ça c’est utile. Les gens sous l’estrade son complètement défoncés par ma came. Avec un parfum, à part crever l’œil d’un client, je vois pas ce que je peux faire. Je lâche un soupire contenté, comme après une partie de jambe en l’air, et je m’écrase hors de la scène pour me glisser dans les coulisses. C’était chouette, mais j’ai mon service à huit heures du matin. Il est minuit. Je vais ressembler à un putain de zombie.

« - Bon les mecs, que je balance par-dessus mon épaule en attrapant ma veste. Moi je me casse. J’ai des vieux à bourrer, demain.

- C’est eux qui vont te bourrer, si tu vois ce que je veux dire.

Ce gars-là, c’est Slash. Il a un sourire goguenard et les pics sur son crâne lui donne l’air d’avoir mis le doigt dans une prise de courant. C’est plus grave que ça en a l’air. Mais c’est un bon bassiste.

- Ah. Ah. Ah.

C’est tout ce que j’ai à dire. Je lui montre mon majeur en passant par la porte de derrière, extirpe mon bâton à cancer de ma poche et commence à allumer l’objet du crime. Putain que c’est bon. Je m’enfonce dans la ruelle, ma gratte dans le dos et la clope au bec. Je sais, c’est pas bien de fumer. J’en ai rien à foutre, de toute façon je préfère crever jeune et belle que vieille et sénile. Nan, attendez, pour la beauté on repassera. Jeune et souple. Voilà. Au moment où j’arrive à la sortie de la ruelle, je me prends les pieds par terre et manque de me casser la binette. Souple, j’ai dit ?

- Fait chier ! je râle en regardant ma cigarette totalement foutue. C’était ça ou ma gratte.

J’ai mis un temps fou à me payer cette merveille. Elle est à moi ce qu’une caisse est à un mec. Même si j’ai une caisse et que je l’aime tout autant. Les lois du sexisme marchent pas très bien avec moi. Je passe la main sur mon t-shirt, vérifie l’état de mon jean et sautille sur mes converses. C’était moins une. Je relève mon minois rassuré, prête à m’en allumer une autre. Sauf que ce que je vois en face de moi me rassure pas du tout. Genre, ce mec figé comme un animal prêt à bondir sur sa proie qui me surplombe de bien une tête et demi, et qui s’avance tout doucement. Qu’est-ce qu’il a ?

- … Euh, je peux vous aider ?

Grave erreur. La question lui arrache une drôle de mimique en coin. Je dirais pas que ça ressemble à un sourire. Non, c’est plus comme un spasme nerveux très freaky. Il ressemble un peu à une chanson de Michael Jackson. C’est possible d’être aussi pâle ? Il avance et moi je recule. Doucement, par peur de tomber sur le dos et d’abîmer ma guitare, même si elle est dans son étuis. Je serre la lanière entre mes doigts, déglutit un peu et lève ma clope devant son nez.

- Vous voulez fumer ?

Mais ce connard a pas l’air de vouloir coopérer.  Et c’est là que je le vois. Sa gueule difforme qui se contracte. Ses canines qui se rétractent. Son front commence à être couvert de bosses et ses pommettes gonflent de volume. Et ses yeux … Deux billes orangées aux iris feintées. J’en lâche ma cigarette et en ouvre la bouche, prête à gober une mouche.

- Vous … Vous avez un truc sur la ... que je fais en grimaçant, effectuant un cercle devant mon propre visage. Je voudrais pas vous vexer, mais on dirait une grosse allergie. »

Et voilà que mon palpitant bat la chamade dans ma poitrine. J’ai le corps en vrac et les guibolles qui claquettent. C’est pas normal. Mon instinct me hurle de fuir. Je sais pas du tout ce qu’il a, ni ce qu’il veut. J’ai envie de prendre mes jambes à mon cou mais la trouille me paralyse. Pourtant, dès qu’il plonge sur moi, un hurlement de terreur à vous péter les tympans m’explose la gorge. C’est moi qui beugle comme ça ? Je m’étais encore jamais entendu ! L’autre accroche ses sales pattes sur moi et je m’agite comme une cinglée. Je l’insulte, je jure, je crache, je le repousse avec toute la force dont je suis capable et ça marche. L’autre valse sous mon talon levé en hauteur et fait un bond de trois mètres. Ca me laisse largement le temps de l’esquiver et de prendre la fuite. J’ai la trouille de ma vie et des larmes qui coulent au coin des rétines. Je vais me pisser dessus. J’ai pas du tout envie de me faire violer, alors je devrais bien laisser la nature me filer cette incontinence. Sauf que vue sa gueule, rien me dit qu’un petit pissou risque de le rebuter. Fait chier, fait chier, fait chier ! Alors que j’atteins presque la sortie de la ruelle, quelque chose m’agrippe par les cheveux et me tire brutalement en arrière. Je trébuche sur le dos, pile sur ma gratte couverte par un simple tissu. Je sens les réglages qui me rentrent dans le dos et l’asphalte qui me cogne le crâne.

Je suis foutue. Définitivement foutue. J’avais bien dit à mes parents que le karaté m’aurait sauvée. Même avec ma foutue maladresse. Ca m’aurait peut-être permis de crever en toute dignité. Et ces connards à l’intérieur du bar qui m’entendent même pas hurler à l’aide et supplier. Je commence à croire que j’ai fait ma mauvaise langue lorsque j’entends la voix d’un homme dans la ruelle. Je dois pisser le sang. J’ai peur. J’ai la tête qui tourne. Le ciel commence à tourner au-dessus de ma tête et mes sanglots couvrent les vacarmes. J’entends à peine le bruit d’une altercation et l’étrange son sourd qui s’ensuit. Celui-là, je parviens pas à le décrire. On dirait que le sol s’est ouvert pour lâcher une flopée de démons sur la terre.

Et c'est là que je le vois, la tête à l'envers, perché au-dessus de mon corps étalé. Malgré les larmes, j'ai une pensée ridicule.

Il est beau le con.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Sebastian Cormac
avatar






Date d'inscription : 20/06/2018

Messages : 91

Age du personnage : quarante et une années

Mon boulet : miss paininmyass Godefroy

Métier : observateur proprio d'une boutique librairie de livres de voyages et occulte



Avatar : fassy


MessageSujet: Re: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   Mar 7 Aoû - 20:44

there's ugly stuff in the dark, let me teach you about it, yeah ?
Do you ever get the feeling that you can't shift the tide that sticks around like something's in your teeth and some aces up your sleeve I had no idea that you're in deep. How many secrets can you keep'
La gosse, elle s’appelle Alex Godefroy et elle se trémousse sur la scène, des octaves météores qu’éclosent entre ses lèvres fardées, l’innocence qui perle de par tous les pores. C’est quoi, Msieur Cormac, de la culpabilité que vous sirotez dans votre ice tea parce que « dude, on sert pas de thé ici, les herbes on les fume, on les boit pas, dah », en matant l’bout de femme qu’a rien comme problèmes que de conjuguer tous ses ptits boulots et remettre les mâles à leurs places. Ouais, de la culpabilité, presque. Vas-y, planque-toi derrière ta cravate mal ajustée en lançant des regards noirs comme l’papy que tu t’entraînes déjà à être. Elle n’aura pas l’choix, Miley Cyrus, y’a la connerie mystique inscrite partout sur sa gueule (ou son âme ?) comme une énorme cible cosmique et ça va frapper, plus tôt ou plus tard. Il lui faudra bien quelqu’un pour amortir le choc, right ? C’est l’entraînement d’une vie, des savoirs entassés, des bouquins ingurgités, et tout le tintouin pour le reverser aux gouttes à gouttes dans la cervelle d’une femme à peine sortie de l’adolescence.
Makes total sense.
Alors Sebastian, va falloir arrêter de la filer dans l’ombre comme tu l’fais depuis trois jours, depuis que t’as posé l’pieds à l’aéroport et qu’on t’a gentiment informé au rapport que « Ah ouais, non, Godefroy, elle est pas encore au courant, une vie complètement normal pour l’instant. Ça va lui faire un sacré choc hein ? » et toi de rire jaune.

Le concert est fini.
T’as promis de lui dire ce soir. Sure, t’y crois plus toi-même. Au fond, t’espères un peu pouvoir la suivre de loin et que rien ne lui arrive jamais, un peu comme un ange gardien flippant qui grogne et râle et jure et fume. Après tout, quelles sont les chances qu’elle devienne la Tueuse ? Est-ce qu’elle a vraiment besoin de savoir que tous les monstres qu’elle imaginait sous son lit sont la version édulcorée de ce qui se trouve à trois mètres d’elle en plein jour ? Tes yeux roulent dans tes orbites, désespéré de ta propre naïveté.
Ce soir est le soir. Tu lui dis. C’est ton métier, putain.
Elle le prendra bien … Probablement.
Pas.

Tu pourrais lui glisser des indices, faire ça doucement, peut-être lui faire lire un bouquin ou deux, lui montrer une créature sympa. Genre un golem, ou un chat qui parle, ou .. Tes iris glissent sur la scène alors que tu te fais bousculer par la foule qui reviens s'noyer le gosier. Ah merde, elle est déjà plus là.
Zut alors. La prochaine fois.

Tu règles ta boisson et tu t’éloignes, beau prince, la veste en tweed froissée sur l’épaule avec du mal à te sentir malheureux. Bien sûr, tu pourrais certainement te frayer un chemin backstage, attraper la tignasse brune pour un verre, passer en revue le danger mortel qui l'attendra chaque nuit mais qu'elle n'en devrait pas trop s'en faire parce que statistiquement elle ne devrait pas dépasser la trentaine d'années donc vraiment, mieux vaut rester carpe diem. Mais tu te sens fatigué, tu sais qu'elle travaille tôt demain (l'dossier encore posé sur le bureau de la maison louée remplie d'cartons et d'pieux et trucs à boxer achetés au hasard sur les marchés aux puces), oui, mieux vaut repousser.
Encore.

Dans l'gris cendre d'la nuit, ta cigarette rougit à la lune. Addiction incertaine, malsaine, part d'un package d'vices d'un passé volé, d'un corps maltraité, tabassé et rendu en décomposé. Pis, dans la rumeur sombre, de la bataille qui se distille jusqu'à tes esgourdes, d'un hurlement à un murmure sourd de boom contre un mur. L'hurlement que tu connais que trop bien, première fois que tu l'entends chanter faux ta rockeuse.

Le sang fait qu'un tour et t'élances tes grandes guibolles jusqu'à ce que, rapidement, tu trouves les silhouettes se débattant dans la ruelle suivante. Un vampire aux traits toujours aussi délicats penché sur ta potentielle. Well, so much for taking it slow.

« Get the fuck away from her, you motherfucker. »


L'agacement essuie la rage et l'inquiétude dans les trémolos d'un écossais rugueux. L'ancêtre à la gueule déformée s'retourne, les crocs déjà sortis, un rictus amusé par la menace proféré par un professeur aux lunettes rondes posés sur l'bout du nez. Sebastian, tu donnes pas l'allure du gangster que ta bouche profère, et faut dire que les capacités derrières se limitent à celles apprise à l'Académie. Mais god knows tu peux gérer un vampire de troisième classe. Il s'élance, t'esquives, te retournes et le pieux s'enfonce dans le dos de la face de rat qui se désintègre aussi sec. Et toi t'halètes. Bordel, t'as pas fait ça depuis bien six mois. Vivement que tes fesses retrouvent leur siège à la bibliothèque municipale. En parlant de fesses, où est passé la paire de celle que tu sauvais ?

Elle est baignée dans les larmes, la vénus, allongée sur le sol. Tu t'agenouilles et lui tend la main pour l'aider à se relever.

« Mademoiselle, est-ce qu’il vous a mordu ? » Oh, que le français est rouillé, l’accent qui déraille, et pourtant si grammaticalement. « C’est important, il faut vérifier qu’il n’a rien eu le temps de vous faire. » Tu la prend par les épaules, cherchant des prunelles toutes traces de vêtements déchirés quand, prude gentleman, tu te rends compte de ce que tu fais et récupère ta paluche que tu t'empresses de passer maladroitement dans tes cheveux, une ride qui trahit l’inquiétude entre les deux sourcils.

Tu te relèves en balbutiant. « C’est ma faute, ça n’aurait pas dû se passer ainsi, j’aurai dû ... La prochaine fois, vous serez prêtes. » T'en sautais toutes les étapes, perdu entre le besoin de s'assurer qu'elle allait bien, l'envie de zapper les explications, t'as jamais eu la patience nécessaire pour, ouragan bridé par la politesse. « Excusez-moi du retard miss, that little piece of shit ne reviendra pas. » Ah non, ça c'est sûr, pas du tas de cendre qui se disperse déjà au vent.
code et gifs par SWAN.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: Re: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   Mer 8 Aoû - 21:45

Il était un petit pas beau
Feat Sebastian


9ème arrondissement de Lyon - Seven Devils - [Flashback Mars 2018]

J'ai la gorge sèche. Si sèche. Tout s'est dissolu dans ma sueur froide et ses putains de larmes traîtresses. Juste des perles salées éjectées par la pression et l'adrénaline. La stupeur. L'effroi. L'incompréhension. L'autre grande tige qui semble être si haut-perché au-dessus de ma carcasse baragouine un espèce de Franglais si accentué que j'en fronce les sourcils avant de me racler la gorge. Il s'est accroupi. Sa belle gueule n'est plus qu'une tâche sombre en contre-lune.

« - J'ai... Je..., je baragouine, incertaine.

J'ai pas les mots. Il me relève comme si j'étais qu'un poids plume. Ce que je suis techniquement censée être. Si on oublie le petit extra qui va avec ma masse corporelle. Sur le coup, j'en ai la tête qui tourne et des milliers d'étoiles qui valsent devant mes prunelles. Ce connard m'a fait tomber sur le crâne en me tirant la tignasse. Je grimace, pose ma main sur mon cuir chevelu et avise le type qui me dépasse d'une bonne tête, trop sonnée pour tout à fait réagir.

- Quoi ? Attendez, quelle prochaine fois ?! Je percute en écarquillant mes onyx.

Un panneau imaginaire s'illumine dans mon crâne. Ses lettres rouges clignotent. « Alerte ». Qu'elle disent. Alerte. Alerte. Alerte. Je cherche nerveusement l'endroit où l'homme qui m'a attaquée devrait se trouver. Je tourne en rond, surprise et choquée.

- Mais il est où l'autre ? C'est un pote à vous, c'est ça ? Quel retard ? On avait rendez-vous ? Vous êtes un type que j'ai dragué dans un bar une fois alors que j'avais picolé une bière de trop ? Parce que si c'est le cas, désolée mais je vous ai oublié, hein.

Je le bombarde inlassablement avant de me trémousser sur place pour retirer les lanières de ma guitare. Avec mon perfecto, ses saloperies se coincent dans les finissions de la veste. J'ouvre la boite et... retombe à genoux par terre en gémissant. Ma pauvre gratte est en miettes alors que j'ai un concert dans deux jours. Je clos mes lippes un instant, soupire, essuie mes joues et me relève en fusillant l'autre du regard.

- Ouais, bah en tout cas, vous m'excuserez, mais j'ai à faire. A cause de l'autre connard, j'ai plus d'instrument pour jouer !

Je me penche pour fermer l'étui, le glisse à nouveau sur mes épaules et fais volte-face pour me tirer loin de ce taré que je connais ni d’Eve, ni d’Adam ! Je me fige un instant, mordille ma lippe inférieure, soupire et jette une œillade au roux par-dessus mon épaule.

- Merci, qui que vous soyez, vous venez de me sauver la vie. J'vous paierai bien un verre, mais je suis trop traumatisée. Et en plus j'suis fauchée. »

Bon, ma gueule laisse absolument pas présager le moindre trauma, mais il a pas besoin de me savoir habituellement très expressive. J'hausse les épaules, me détourne à nouveau et trace ma route.

En priant pour qu'il me suive pas.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Sebastian Cormac
avatar






Date d'inscription : 20/06/2018

Messages : 91

Age du personnage : quarante et une années

Mon boulet : miss paininmyass Godefroy

Métier : observateur proprio d'une boutique librairie de livres de voyages et occulte



Avatar : fassy


MessageSujet: Re: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   Jeu 9 Aoû - 17:14

there's ugly stuff in the dark, let me teach you about it, yeah ?
Do you ever get the feeling that you can't shift the tide that sticks around like something's in your teeth and some aces up your sleeve I had no idea that you're in deep. How many secrets can you keep'
LTu te passes la main sur tes astres polaires. T’as merdé, un peu, avec ta grande gueule qui déblatère des vérités mal dissimulées, les mensonges qui abîment les coins de ta bouche toujours triés pour mieux éloigner, mieux faire dériver.

“Non, non, pas prochaine fois comme ça .-”

Mais trop tard, elle est pas conne, la gamine, et lucide avec ça, une fois sur ses deux pieds. Y’a plus de diamants qui coulent de ses paupières, plus qu’un faible craquement dans la gorge qui se fait oublier derrière ses plaintes. Et toi, pantin sur de trop grandes guibolles qui range l’pieux dans la ceinture, tu te retrouves à ouvrir et fermer la bouche alors que les questions s’enchaînent sans pause pour te laisser répondre, non pas que tu aies des réponses à donner que des folies. Les mimiques de surprises déforment et reforment ton minois. Pis la poupée s’écroule à terre et gémit sur l’instrument rompu, avant de se retourner en dardant tes culpabilités. Et elle se casse. Of course, she does. Irrité, presque insulté de se faire tourner l’dos, le sérieux inonde tes traits.

“Attendez. Alex ? Alex Godefroy, je ne suis pas particulièrement connu pour être très patient alors je vais être brutalement honnête.”
Parce que tu l’as pas assez été avant. “Ce qui vous a attaqué n’était pas humain, dans aucun sens du terme. J’ai été envoyé pour vous. Pour vous aider. Ces .. choses, elles viendront de nouveau après vous parce que vous êtes, well, spéciale. Forte. Je ne comptais pas vraiment l’annoncer de cette façon mais, vu les circonstances, je fais avec ce que j’ai.” Tu déverses ton fiel, ta langue se délie avec l’innocence d’un ange.

“Quand vous serez prêtes à comprendre ce qui s’est passé ce soir, donnez-moi un coup de fil.” Qu’ils en ont des choses à cracher tes poumons avec un calme olympien. Froid observateur. Cruel qui sort une carte de sa poche avec un stylo, note quelque chose et la glisse dans l’étui.

 Sebastian Cormac
 Libraire
 51 Boulevard des Belges
 04 72 64 87 23

"Pour des réponses."



La veste remise sur le dos, col monté avec une pointe de théâtre, et les talons qui claquent de là où ils sont venus. “‘Night, miss.”

code et gifs par SWAN.

_________________



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Alex M. Godefroy
avatar
J'ai le potentiel en moi





Date d'inscription : 21/06/2018

Messages : 193

Age du personnage : 26 notes rock’n’roll.

Pouvoir : Potentielle complètement paumée.

Mon boulet : Sébastian

Métier : « Musicienne » galérienne et serveuse.



Avatar : Meg Myers


MessageSujet: Re: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   Mar 14 Aoû - 16:12

Il était un petit pas beau
Feat Sebastian


9ème arrondissement de Lyon - Seven Devils - [Flashback Mars 2018]

Tac tac tac.
Sebastian Cormac.
Tic tic tic.
Libraire ?
Plaf plaf plaf.

« - PUTAIN ALEX ! Tu veux pas arrêter ? Tu vas me rendre barge !

Je sursaute en avisant le regard fou de ma sœur. Je me mords la lèvre. Couine. Me roule en boule sur mon matelas et étouffe plusieurs injures dans mon oreiller.

- Si Lyon te plaît pas, retourne en Normandie ! Qu'elle râle.

Ah, elle voudrait bien. Je le sais, qu'elle est exaspérée de me voir traîner là. Elle est sa chambre secrète de mes deux. Je lui lance un regard boudeur, me redresse rapidement et soupire en prenant la carte et la tasse de thé que je maltraite depuis bien dix minutes.

-Mon thé est froid, j'ose me plaindre.
-Démerde-toi, qu'elle rétorque.

Et dans ma superbe maturité, je l'imite silencieusement en grimaçant. Mimant son foutu « démerde-toi » du bout des lippes. Lorsque je me lève finalement pour prendre ma veste et quitter l'appartement, madame m'interrompt pour... Pour quoi ?

- Quoi ? Tu veux quoi ?

Elle hésite. Soupire. Se mord les lippes et s'approche de moi avant de me tendre un bout d'écharde. Et lorsque mes prunelles se pose sur le morceau de bois déglingué, je déglutis avant de le prendre d'une main tremblante. Plusieurs sentiments se mélangent. Peur. Incrédulité. Culpabilité.

C'est elle qui m'avait offert cette guitare.

- J'ai remarqué que tu l'avais pas sortie hier soir. Tu le fais toujours, peu importe l'heure... Alors j'ai... J'ai jeté un coup d’œil. Alex, j'ignore ce qu'il s'est passé, mais tu peux me parler, tu le sais, hein ?

J’opine du chef lentement, comme un foutu robot. Je revois inlassablement les mots gravés sur la carte. « Pour des réponses.». Ses yeux d'un bleu profond presque javellisés. Sa mine déconfite. « Night, Miss.» Deux jours. « Alex ? » J'élève mes prunelles troubles vers elle et déglutit.

- Ca va, je vais bien, je la rassure. Je... J'ai un truc important à faire.

Je me force à sourire. Lui frotte la tête et détourne les talons avant de m'enfuir le plus loin possible de ma frangine et ses questions. Non, ça va pas, Alex. Putain, ça va pas du tout. Je file dans la rue à toute allure, cherche une cabine téléphonique, la respiration haletante, et compose le numéro de la carte. Lorsque la tonalité cesse et que j'entends la voix rugueuse à l'accent typiquement britannique, je lui laisse même pas le temps d'en placer une.

- Y a un café au neuvième arrondissement. Près de l'église. J'y serai dans deux minutes. Vous avez une heure pour vous ramener. Après, j'me casse. je lance d'une voix grave, avant de me raviser pour ajouter : Ramenez du pognon pour la bouffe. Plein, je suis une grosse mangeuse. »

Je raccroche. Souffle. Tremble.

Mais qu'est-ce que je fais ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A ton tour d'écrire l'histoire
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: [Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] Il était un petit pas beau + Seb&Alex
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Il était temps... Petit navire !*
» Joyeux anniversaire au plus fort, au plus beau, au plus petit !
» Quand papa était petit, il y avait des dinosaures !
» Pas vraiment une aventure, juste un petit fait divers.....
» Qui veut voir Adra quand il était petit ? *-*

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hells Bells :: Bienvenue dans la ville de Lyon :: 9ème arrondissement :: Seven Devils-
Sauter vers: